AlterAsia

Société civile

Mettre fin aux crimes, pas aux vies!

La 11è édition de la Journée mondiale contre la peine de mort a eu lieu le 10 Octobre 2013. Regroupant aussi bien des associations de juristes, des syndicats, des associations locales et régionales, que des organisations de défense des droits de l’homme, cette journée mondiale a pour but de mettre fin à la peine capitale. Voici la déclaration commune des abolitionnistes asiatiques.

On a pu observer une prise de conscience grandissante de la part des Etats-nations, selon laquelle la peine capitale n’est pas souhaitable. Le mouvement mondial pour l’abolition de la peine de mort a considérablement augmenté au cours de la dernière décennie, et un jalon important a été atteint lors du vote d’un moratoire par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2007. Selon les statistiques de l’ONU, à l’heure actuelle plus de 150 États ont soit aboli la peine de mort ou mis fin aux exécutions.

Cependant, il reste inquiétant qu’un certain nombre de pays d’Asie ignorent ces évolutions et montrent de faibles signes d’évolution vers l’abolition. Selon le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), les pays qui n’ont pas aboli la peine de mort l’appliquent uniquement pour les crimes les plus graves. Néanmoins, de nombreux pays continuent d’appliquer ce type d’exécutions en violant de manière flagrante les normes et standards internationaux.

Par exemple, le trafic de drogue ne répond pas à la définition internationalement acceptée de « crimes les plus graves », mais de nombreux pays continuent d’exécuter les trafiquants de drogue. Dans d’autres cas, la peine de mort a été imposée sur des individus dans des cas où les preuves étaient douteuses et les procédures judiciaires abusives.

Le risque d’exécuter des innocents existe dans chaque système judiciaire. La justice, quel que soit son degré de sophistication ou de compétence, doit être en mesure de fournir une garantie absolue qu’elle n’exécutera jamais injustement quelqu’un. Son impact, comme moyen de dissuasion efficace contre le crime, n’a pas non plus été démontré. La peine de mort est de l’ordre de la vengeance et non de la justice. L’abolition est la chose la plus humaine à faire, elle est soutenue par de nombreux pays, de nombreuses cultures et y compris par les plus grandes religions du monde.

Lors la 11è Journée mondiale, les abolitionnistes asiatiques se sont réunis et ont prié instamment les autorités chinoises, malaisiennes, singapouriennes, thaïlandaises et taïwanaises de faire face aux problèmes et aux causes se cachant derrière chaque crime et de fournir le soutien nécessaire aux victimes d’actes criminels, afin de mettre fin aux crimes au nom de la justice.

Les signataires :
– Le Réseau asiatique anti-peine de mort
– L’Alliance taïwanaise pour mettre fin à la peine de mort
– L’Association taïwanaise pour les droits de l’homme
– La Section taïwanaise d’Amnésie Internationale
– La Fondation de réforme judiciaire (Taiwan)
– L’Association taïwanaise pour l’Innocence
– Le Front des travailleurs taïwanais
– La Section thaïe d’Amnésie Internationale
– La Section hongkongaise d’Amnésie Internationale
– Le Groupe d’Abolition contre la peine de mort, Al-Hong Kong
– Le Groupe des avocats chinois pour les droits de l’homme, Al-Hong Kong
– La commission pour la Paix et la Justice du Diocèse catholique d’Hong Kong
– Le Comité des Droits Civiques, KLSCAH  , Malaisie
La Campagne Anti- Peine de mort de Singapour
– Nous croyons aux secondes chances (Singapour)
– Le Centre « Penser »(Singapour)

Traduction: Aliénor Simon
Source (The Online Citizen): Joint Statement of Asian Abolitionists – End crime, not lives!

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.