AlterAsia

Economie

L’Asean a de plus en plus soif d’énergie

Au sein de l’ASEAN, la demande d’énergie devrait augmenter de 80% d’ici à 2035. Les émissions de CO2 liées à cette énergie devraient doubler dans la même période.

La demande d’énergie en Asie du Sud a été multipliée par 2,5 depuis 1990, pour représenter aujourd’hui près de la moitié de la demande mondiale, alors que l’épicentre de l’énergie se déplace vers l’Asie, selon un nouveau rapport publié cette semaine par l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Particulièrement néfastes pour l’environnement, les émissions de CO2 par les 10 membres de l’ASEAN devraient presque doubler, pour atteindre 2,3 milliards de tonnes. Cette sombre évaluation intervient quelques jours après que le Groupe d’experts intergouvernemental de l’ONU sur le changement climatique ait prévenu que le réchauffement climatique causé par les émissions de gaz est de nature à s’accélérer et rappelle que le changement climatique est « le plus grand défi de notre temps ».

La demande d’énergie au sein de l’ASEAN devrait augmenter de 80% d’ici à 2035, selon le rapport de 138 pages de l’AIE intitulé « Perspectives sur l’Energie en Asie du Sud-Est ». L’agence est composée de 28 pays membres, dont la plupart sont des pays riches. En particulier, selon le rapport, les 10 membres de l’ASEAN devraient tripler leur utilisation de charbon, comptant alors pour près de 30% de la croissance mondiale. La demande de gaz naturel devrait augmenter de 80%.
Dans une conférence de presse donnée à Bangkok, la directrice de l’AIE, Maria van der Hoeven, a averti que les pays de la région devaient prendre des mesures sérieuses pour améliorer l’efficacité énergétique dans le but de ralentir les émissions de gaz à effet de serres.

Améliorer l’efficacité énergétique apporterait des économies significatives. Avec des politiques publiques appropriées, il serait ainsi possible de réduire la demande d’énergie de près de 15% en 2035, soit plus que la demande actuelle en Thaïlande. Une demande d’électricité moindre et une utilisation des centrales plus efficaces permettraient aussi de réduire les besoins en charbon de 25%. Des équipements industriels plus efficaces, des normes plus strictes concernant les carburants et une élimination plus rapide des subventions en faveur des énergies fossiles entraîneraient enfin une réduction de la demande en pétrole (10%) et en gaz (11%).

Le rendement moyen des centrales à charbon dans la région n’est que de 34% aujourd’hui en raison de leur mauvaise utilisation, selon le rapport. Obtenir des centrales au charbon au niveau de l’efficacité japonaise réduirait la consommation de carburant de 20% ce qui réduirait également et considérablement les émissions de CO2 et la pollution locale de l’air.

Les subventions en faveur des énergies fossiles ont totalisé 51 milliards de dollars en Asie du Sud-Est en 2012. Ces subventions restent un facteur important de distorsion sur les marchés de l’énergie, encourageant le gaspillage énergétique. Elles resserrent les budgets publics et dissuadent les investissements dans les infrastructures d’énergie et de technologies efficaces.
Autre aspect, plus de 130 millions de personnes dans la région n’ont toujours pas accès à l’électricité. Des efforts intensifs devraient déployés pour apporter l’énergie jusqu’à eux au cours des 20 prochaines années. Bien que Brunei, la Malaisie, la Thaïlande et Singapour ont accès à l’électricité, les niveaux de pénétration sont à un niveau inférieur de 75% environ au Cambodge, au Myanmar/ Birmanie, aux Philippines et en Indonésie. En outre, près de la moitié de la population de la région compte encore sur l’utilisation traditionnelle de la cuisson de biomasse, ce qui provoque un risque grave de décès prématurés dus à la pollution de l’air intérieur.
Le déclin des champs pétrolifères et les chances limitées d’en trouver de nouveaux devraient également provoquer une diminution de la production de brut d’un tiers environ, faisant de l’Asie du Sud-Est le quatrième importateur mondial de pétrole, derrière la Chine, l’Inde et l’Union européenne. On estime que sa dépendance aux importations de pétrole va doubler: passant de 1,9 millions de barils / jour à un peu plus de 5 millions de barils / jour.

Les dépenses sur les importations nettes de pétrole devraient tripler pour atteindre près de 240 milliards de dollars en 2035. Les dépenses de la Thaïlande et de l’Indonésie devraient ainsi également tripler, pour atteindre 70 milliards chacune.

Quelque 1,7 milliards de dollars d’investissements seront nécessaires d’ici 2035 dans les infrastructures énergétiques, dont 60% pour l’électricité.

« Mobiliser autant d’argent sera difficile à moins que les barrières existantes soient dépassées, comme la nature des subventions.ou le sous-développement de transport de l’énergie, et une plus grande cohérence des politiques publiques. Par ailleurs, il est nécessaire de mettre en œuvre des projets sur le long terme pour l’interconnexion des marchés, à savoir l’Asean Power Grid et le gazoduc Trans-ASEAN, qui pourront soutenir une exploitation plus efficace des ressources énergétiques de la région, tout en renforçant la sécurité énergétique collective. »

Les gouvernements du sud-est asiatique devront prendre des mesures importantes au cours de la période à venir dans les secteurs clés. Ils devront déterminer des économies de carburant, des normes de construction plus strictes et des normes de rendement énergétique pour une large gamme de produits, selon le rapport. Enfin, les capacités et la collecte de données sur l’énergie devront être améliorées, préalable d’une politique publique efficace. Des objectifs réalistes et mesurables seront nécessaires, comme des mécanismes de suivi des progrès et la possibilité d’apporter des ajustements si nécessaire.

Traduction: Renaud Voisin
Source (Asia Sentinel): Asean’s Burgeoning Thirst for Energy
Photo: larascoolcas / Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

One Comment

  1. L’Asean a de plus en plus soif d’énergie | Asean Weaver For Business Blog15/10/2013 at 8 h 13 min

    […] viaL’Asean a de plus en plus soif d’énergie. Share this:LinkedInFacebookEmailTwitterPinterestPocketGoogleTumblrWordPress:J’aime chargement… Tags : Energie […]

  2. Asean : la demande d’énergie devrait augmenter de 80% d’ici à 2035 | Info Asie15/10/2013 at 12 h 23 min

    […] fossiles entraîneraient enfin une réduction de la demande en pétrole (10%) et en gaz (11%). L’Asean a de plus en plus soif d’énergie Share this:Emailénergiesource: Alterasia.orgvia: Asean’s Burgeoning Thirst for EnergyArticle […]

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.