AlterAsia

Economie

Le coût humain de nos crevettes bon marché

Reportage en Thaïlande, royaume mondial de la crevette, par Marie-Claude Lortie, chroniqueuse de La Presse, un site d’information en ligne canadien.

Il y a plusieurs années, j’ai arrêté de manger des crevettes importées. Je venais de lire Bottom Feeders – Notre mer nourricière en français – de Taras Grescoe, qui décrivait toutes sortes d’horreurs environnementales liées, notamment, au pillage des océans et à l’élevage des crevettes en Inde.

Fini, ai-je décidé. Je ne garde plus que les crevettes nordiques au menu, nos adorables crevettes de Matane. Pour le reste, je boycotte. Ça et toutes sortes d’autres poissons menacés, mal pêchés, mal élevés.

Évidemment, je me suis fait poser beaucoup de questions au sujet de cette décision, au point que je me suis dit qu’au lieu de répéter ce que j’avais lu, je devrais peut-être aller voir moi-même. C’est ainsi que je suis partie il y a quelques mois en reportage en Thaïlande, royaume mondial de la crevette, avec le photographe Ivanoh Demers.

Nous nous sommes envolés en nous demandant comment nous ferions pour voir les produits chimiques, les antibiotiques, les marécages dégueus des fermes de crevettes démolissant les mangroves… Nous avons atterri devant une tout autre histoire.

Je m’en souviendrai toujours, car j’ai cru que j’allais me mettre à pleurer en apercevant la scène, à Mahatchai, à quelques dizaines de kilomètres au sud de Bangkok, centre névralgique du commerce de la crevette. Il y avait des dizaines et des dizaines d’hommes accroupis, pieds nus sur le béton mouillé par le liquide visqueux que dégagent les poissons pêchés depuis trop longtemps, sous le soleil, en train de trier les prises. Sans glace. Sans bottes, sans gants, sans chapeau.

Des hommes qui, après avoir passé des journées et des journées en mer, sur des rafiots, payés en dessous du salaire minimum thaï – 8 $ par jour -, trient leur nauséabond butin pour qu’il parte vers les usines de moulée à crevettes.

Lire la suite.

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.