AlterAsia

Société

Criminaliser les actes « anti-bouddhistes », une réaction pas très… bouddhiste

Est-ce que “KNOWING BOUDDHA” (Connaître Bouddha) – un groupe de bouddhistes thaïlandais qui condamne les actes qu’il considère comme irrespectueux envers Bouddha – est le nouveau visage du Bouddhisme thaïlandais?
 
Le groupe, qui n’a qu’un an, s’est battu contre des fabricants de produits dérivés qui exploitent l’image de Bouddha dans le monde pour se faire de l’argent. Les articles vont des skateboards, lampadaires, fauteuils et sous-vêtementsaux bars nommés d’après le Bouddha historique, tels que le Bouddha Bar à Paris ou Bouddha Tattoo.
 
Si je comprends ces bouddhistes qui se sentent profondément offensés, je ne peux pas approuver leur requête pour une loi visant à criminaliser des actes jugés irrespectueux ou des produits qui entacheraient l’image de Bouddha. Pensent-ils réellement que le Bouddha historique aurait approuvé l’emprisonnement des personnes qui se seraient montrés irrespectueux envers lui ?
 
Le groupe tente également de faire du Bouddhisme la religion officielle en Thaïlande, prenant ainsi le risque que la religion ait plus d’influence dans la vie laïque et que les non bouddhistes en Thaïlande se retrouvent aliénés.
 
Promouvoir le respect mutuel des religions de façon proactive, c’est bien. Pour cela, Knowing Bouddha projette de distribuer deux millions de brochures aux touristes entrant dans le Royaume. Mais vouloir l’emprisonnement des « contrevenants » n’est tout simplement pas bouddhiste.
 
Lors d’un séminaire organisé par « Knowing Buddha » à ce sujet la semaine dernière au Sénat, la présidente du groupe, Acharawadee Wongsakol, s’est exprimée avec amertume La colère et l’attachement ne sont cependant pas des valeurs bouddhistes.
 
Il faut rappeler au groupe que le Bouddha historique n’a jamais approuvé l’idée d’ériger une statue à son effigie en guise de lieu de culte. De telles pratiques ont débuté avec les statues de Gandhara Bouddha avec une influence artistique classique grecque, là où se trouve à présent le Pakistan – après la mort de Bouddha.
 
Ce qui rend le bouddhisme différent de la plupart des autres religions est le fait que Bouddha n’est pas Dieu et peut-être est-ce à cause de cela qu’il n’a jamais vraiment aimé l’idée que l’on érige une statue en son honneur et que l’on s’en serve comme lieu de culte. A défaut, les croyants pourraient aisément se raccrocher à une statue de Bouddha plutôt qu’à l’enseignement bouddhiste. Ce dernier était, à l’origine, davantage une philosophie qu’une religion. Et c’est à cela que Knowing Bouddha se raccroche à présent – l’image de Bouddha et l’irrespect qu’on lui témoigne.
 
Au Sénat la semaine dernière, j’ai entendu Acharawadee et ses collègues s’exprimer avec colère au sujet de la commercialisation de l’image de Bouddha à des fins consommatrices à l’étranger. Néanmoins, et c’est surprenant, la commercialisation d’amulettes bouddhistes en Thaïlande n’a jamais été mentionnée.
 
Comme ceux qui connaissent la Thaïlande le savent, le commerce d’amulettes bouddhistes est un gros business ici. En fait, il ne s’agit pas uniquement d’un business, mais d’une distorsion pure et simple des enseignements bouddhistes, étant donné que les détenteurs d’amulettes croient qu’en possédant ou en portant ces petites images de Bouddha, ou même en priant devant elles, ils seront bénis, protégés et deviendront riches, séduisants, populaires et même insensibles aux balles – si on possède la bonne amulette, bien sûr.
 
Certaines de ces amulettes populaires ont la taille d’une pièce de 10 Bt et sont faites d’argile ou de métal. Un prix qui peut grimper à 1 million de Bt, voire plus. Dans certains magazines, on vous apprend même à discerner les vraies des fausses, ce qui facilite encore le commerce.
 
Quelle ironie qu’un groupe qui se fait appeler Knowing Bouddha s’inquiète plus de ce que les non bouddhistes occidentaux font de leurs pseudo images de Bouddha plutôt que de ce qui arrive aux bouddhistes thaïlandais préférant posséder la bonne amulette sans vraiment comprendre et connaître Bouddha et ses enseignements !

Traduction: Caroline Robert (Tradadev)
Source: Criminalising anti-Buddhist acts is not very Buddhist, Pravit Rojanaphruk, Prachatai.
Photo: Nicolas Roux / Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.