AlterAsia

Société civile

Une nouvelle résolution sur les droits humains et l’agro-industrie en Asie du Sud-Est?

Du 7 au 9 août 2013, des représentants des institutions nationales des droits humains des Philippines, d’Indonésie, de Thaïlande, de Malaisie, du Timor Leste et de Myanmar ainsi que des organisations de la société civile de soutien se sont réunis à Bangkok afin d’évaluer les évolutions en matière d’agro-industrie et de droits humains depuis la Déclaration de Bali sur les droits humains et l’agro-industrie en Asie du Sud-Est en 2011 et l’Atelier de Phnom Penh sur les droits humains et l’agro-industrie en 2012, et d’élaborer un plan d’action pour la mise en œuvre effective des droits humains par les États parties dans le secteur de l’agro-industrie. La réunion fut convoquée par la Commission nationale thaïlandaise des droits humains, avec le soutien du Forest Peoples Programme et de l’Initiative des droits et ressources.

Le Professeur James Anaya, Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, a ouvert l’atelier et souligné dans sa présentation les graves préoccupations concernant « l’expansion rapide de l’agro-industrie dans la région, … [le] manque de contrôles réglementaires adéquats et de reconnaissance des droits [et l’] absence de pratiques commerciales responsables, qui entraînent fréquemment des problèmes à grande échelle pour les communautés locales, notamment les peuples autochtones ».

Le bureau du représentant de la Thaïlande auprès de la Commission intergouvernementale des droits de l’homme de l’ASEAN (AICHR) a rendu compte des possibilités de renforcer les cadres des droits humains à travers le mécanisme des droits humains de l’ASEAN, notamment au moyen de la participation à la révision des Termes de référence de l’AICHR en 2014.

Lors de l’atelier, Devasish Roy, membre de l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones, a également présenté et souligné l’importance du respect des droits des peuples autochtones par les institutions financières internationales, notamment de leurs droits à accorder ou retirer leur consentement libre, préalable et éclairé (FPIC) aux mesures pouvant affecter leurs droits. Il a également mis en exergue l’importance du rôle des États pour garantir que les entreprises respectent les droits humains.

Adrienne Gardaz, de la nouvelle Initiative pour l’agriculture durable du Pacte mondial des Nations Unies, a fait part des expériences et des objectifs du Pacte mondial pour encourager les entreprises à s’engager publiquement pour faire respecter les principes fondamentaux des droits humains et pour rendre compte annuellement des progrès en matière de mise en œuvre.

L’atelier a examiné les tendances les plus récentes dans le secteur agro-industriel dans la région, telles que résumées dans un nouveau rapport Agribusiness, Large-Scale Land Acquisitions and Human Rights in Southeast Asia. Le rapport montre que malgré des variations nationales importantes, des agro-industries en expansion, notamment les plantations de palmier à huile et de canne à sucre, exercent une pression croissante sur les terres dans l’ensemble de l’Asie du Sud-Est. Le rapport confirme également qu’en l’absence d’un régime foncier sûr, d’une solide gouvernance foncière et d’une protection des droits humains, l’expansion agro-industrielle à grande échelle a de graves conséquences sociales et environnementales.

Rendant compte de leurs récents efforts de protection des droits humains, les institutions nationales des droits humains ont souligné qu’outre les projets agro-industriels à grande échelle, l’exploitation minière, pétrolière, gazière, la production d’hydro-électricité et la construction de routes contribuent elles aussi à l’aggravation des conflits fonciers. Bien que cet état de fait soit de plus en plus reconnu par les organismes gouvernementaux, malheureusement les efforts des commissions pour réformer et servir de médiateur dans les conflits sont submergés par le nombre et l’ampleur des cas.

Lire la suite (Forest Peoples)

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.