AlterAsia

Politique

Les élections au Cambodge vues par les médias français

Les élections parlementaires cambodgiennes n’ont pas passionné les médias français sur Internet, plus intéressés par les élections maliennes qui avaient lieu le même jour (sur google.fr « elections mali 2013 » rencontre plus de 80 millions d’occurrences, alors que « elections cambodge 2013 » n’en remporte qu’1,3 million). Sur les médias français en ligne, seule RFI qui avait renforcé sa programmation en langue khmer en juin dernier, a fait régulièrement appel à une correspondance locale.

Il faut dire que l’issue du scrutin semblait jouée d’avance : sans surprise, la coalition d’Hun Sen, le CPP, a revendiqué la victoire en fin de journée.
Le Courrier International, lui, titre sur « la percée de l’opposition », précisant que le CNRP « aurait gagné au moins quatre provinces, dont celle de la capitale Phnom Penh ».

Avant les élections, la presse internationale avait parlé de façon unanime des nombreuses fraudes. La presse française en a relayé certaines: l’encre indélébile qui ne l’était pas, l’estimation à 10% des électeurs qui n’auraient pas pu voter faute d’inscription sur les listes électorales et, surtout, l’éviction de Sam Rainsy, le principal leader de l’opposition. D’autres actions gouvernementales ont été assimilées à des fraudes par la presse cambodgienne (en anglais), comme le paiement d’arriérés aux salariés du textile par l’Etat et l’achat de vote.

Dès lundi matin, les journaux français titrent donc, à l’unanimité sur la contestation de la victoire par l’opposition. Une transition, qui, pour une partie de la population cambodgienne serait préférable à une révolution, indique RFI.

La spécificité de cette 5e élection parlementaire, selon les médias français résidait dans la jeunesse de l’électorat, et l’existence, fait exceptionnel, d’une opposition unie. En revanche, nul ne relève la place des femmes dans l’élection, les critiques sur le discours de l’opposition à l’égard des Vietnamiens, ou encore le manque de débat sur l’économie du pays.

A noter, un aspect que n’a pas tranché la presse francophone: selon le Phnom Penh Post ou le Cambodia Daily, le score obtenu par Hun Sen lui procurerait une majorité suffisante pour fonder son prochain gouvernement, mais pas de modifier la constitution sans accord de l’opposition. Une affirmation contredite par le New York Times et The Guardian, selon qui Hun Sen ne pourra pas former le prochain gouvernement sans autorisation de l’opposition.

Sur Internet, informations et expérience s’échangent encore sur la « twittosphère » cambodgienne, avec les hashtags #electionsKH ou #elections #cambodia. A suivre.
Céline Boileau

A lire aussi(Coz Toujours, blog): Serious irregularities overshadow Cambodia Election result
Photo : Casey Nelson/Twitpic

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.