AlterAsia

Société

Pour un renforcement de la loi sur les violences domestiques en Malaisie

Le Women’s Centre for Change (WCC) de Penang s’inquiète du manque d’application de la loi sur les violences domestiques de 1994.

Dans un cas récent de violence domestique, une femme a été brûlée à 60 % après que son mari l’a immolée. La victime et la famille ont effectué au moins cinq dépositions auprès de la police.

Malgré la récente demande de la femme pour une protection provisoire, aucune action n’avait été entreprise en ce sens. Quatre jours plus tard, elle a été immolée par son mari, pourtant connu pour l’avoir déjà frappée.

Selon les récentes nouvelles concernant le cas du 26 juin 2013, le Chef du Département d’Investigation Criminelle Mazlan Kesah, a déclaré que:

a) La protection provisoire devrait être obtenue via le Département des Services Sociaux et non via la police ;
b) Le rôle de la police est d’enquêter et de présenter ses recherches au Substitut du Procureur en vue d’une décision concernant le suspect ;
c) La police ne peut pas protéger les victimes de violence domestique 24 heures sur 24.

Ces commentaires sont extrêmement décevants et montrent que la police n’a pas compris son rôle dans le renforcement de la Loi sur les violences domestiques de 1994 :

a) Le paragraphe 2 stipule que les agents du maintien de l’ordre sont les policiers ou les fonctionnaires des services sociaux
b) Le paragraphe 19 stipule que les devoirs des agents du maintien de l’ordre devraient inclure l’assistance à la plaignante en vue d’obtenir une protection provisoire.

Cela fait plus de 15 ans que la loi est entrée en vigueur, il est donc inacceptable que:

• les agents du maintien de l’ordre ne connaissent toujours pas leur rôle,
• les victimes ne soient pas automatiquement informées de leur droit pour une protection provisoire par les agents du maintien de l’ordre,
• à chaque fois que les victimes demandent une protection provisoire, elles reçoivent très peu d’aide ou de conseils sur la façon de s’y prendre,
• les plaintes concernant la violence domestique ne soient souvent pas prises au sérieux et régulièrement considérées comme « problèmes familiaux »,
• la violence répétée au sein de la famille ne soit pas punie, ou alors très rarement, afin de s’assurer que la victime est protégée contre d’autres actes de violence.

La faible reconnaissance des agents du maintien de l’ordre des violence et des traumatismes rencontrés par les victimes tout comme le manque de compréhension de leurs devoirs légaux ne constitue pas seulement un manquement à leurs devoirs et à leurs responsabilités, mais peut aussi, comme le montre ce cas récent, avoir un impact dévastateur sur la victime, ses enfants et le reste de la famille.

Considérant le nombre croissant de rapports sur la violence domestique à l’échelle nationale et la gravité de la violence (deux femmes ont été battues à mort par leurs maris au cours des cinq dernières semaines), le WCC soumet ce mémorandum afin de demander :
1. Que toutes les plaintes concernant la violence domestique soient considérées de façon sérieuse et qu’une action appropriée soit prise pour mettre fin à la violence récurrente et protéger la victime. Cela inclut une action immédiate et claire concernant les ordres de protection, dont l’arrestation et la condamnation des coupables.
2. Que la Police royale malaisienne coopère de façon systématique et efficace avec le Département des Services Sociaux afin de protéger plus efficacement les victimes au lieu de reléguer les responsabilités au dit département.
3. Que les agents du maintien de l’ordre bénéficient d’un bon entraînement afin de pouvoir agir de façon proactive et d’avoir un comportement empathique à l’égard des plaintes pour violence domestique.

La directrice du WCC, Loh Cheng Kooi, montre le mémorandum aux journalistes
Les agences gouvernementales doivent agir de façon professionnelle pour susciter l’intérêt du public comme prescrit par la loi. Des vies sont en jeu.

Traduction: Caroline Robert (Tradadev)
Photo: Les membres du WCC manifestent devant le quartier général de la police à Penang (WCC)
Source (Aliran): Enforce the Domestic Violence Act effectively
Le WCC est une ONG qui vise à éliminer la violence à l’encontre des femmes et des enfants et qui promeut l’égalité des femmes.

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.