AlterAsia

Culture

Thaïlande: un curieux Festival du Film International

Tandis que les festivals internationaux acceptent les films du monde entier, le Festival du film international de Thaïlande fait la promotion du pays, en tant que lieu de tournage.

L’industrie cinématographique asiatique est immense et les festivals du film le prouvent. Avec le Festival du film international de Hong Kong, le Festival du film international de Tokyo au Festival du Film de Mumbai ou le gala cinématographique géant de Busan qui se tient tous les ans en Corée du Sud, les cinéphiles asiatiques n’ont pas le temps de s’ennuyer.

Le Pays des Sourires a ajouté le Festival du film international « en » Thaïlande à son palmarès. Celui-ci se déroule du 1er au 10 avril à Bangkok. Mais il y a un mais. Tandis que la plupart des festivals dits « internationaux » acceptent les entrées du monde entier, celui-ci se concentre essentiellement sur la Thaïlande en tant que lieu de tournage.

Lors du festival, les films tournés en Thaïlande sont diffusés à Bangkok, lors de séminaires de l’industrie ou pendant les visites guidées des lieux de production. Les projets indépendants tournés sont projetés, y compris le film du réalisateur thaï Prachya Pinkaew, Bangkok Revenge (avec Kevin Bacon et Djimon Hounsou), la comédie romantique danoise Teddy Bear et Mammuth, film du réalisateur suédois Lukas Moodysson. Les frères Pang, qui résident à Hong Kong (Danny et Oxide Pang) projetteront également leur thriller de 2007, The Detective.

La Thaïlande est la nation d’Asie du Sud-Est qui attire le plus de réalisteurs étrangers – elle agit comme un aimant. D’après le Bureau du cinéma thaïlandais, 636 films étrangers ont été tournés dans le pays l’an dernier. Au cours des cinq dernières années, les films étrangers ont rapporté 340 millions de dollars (10 milliards de baht) à l’économie thaïlandaise, d’après le Hollywood Reporter. En 2011, l’industrie du film et de la télévision a généré 2,2 milliards de dollars et employé 86 600 personnes.

Le film dystopique La Plage (avec Leonardo DiCaprio), Bangkok Dangerous (Nicolas Cage) et la comédie à succès Very Bad Trip 2 (la comédie la plus grossière de tous les temps) viennent à l’esprit de beaucoup en raison du lieu où se déroule l’action.

Cette mode n’est pas limitée aux productions hollywoodiennes. Lost in Thailand (la réponse chinoise à la franchise Very Bad Trip) a rencontré un tel succès auprès du public du continent qu’on lui prête un boom touristique fulgurant en ThaÏlande qui est déjà une destination appréciée.

Le film trilingue thaïlandais (japonais, thai, anglais) Last Life in the Universe, avec Tadanobu Asano et réalisé par Pen-Ek Ratanaruang, réalisé par l’australien Christopher Doyle (connu pour ses collaborations avec Wong Kar Wai) est un parfait exemple de film réalisé en Thailande avec une touche d’art et d’essai. De plus, le film légendaire de Wong Kar Wai, In the Mood for Love, a été tourné en partie à Bangkok, même si l’action se déroule à Hong Kong.

Dans un effort pour encourager encore plus de projets de la sorte, le Festival du film international de Thailande fait la promotion de 50 films (sur 825 films à l’origine) réalisés sur place par des réalisateurs du monde entier dans The Amazing Thailand Film Challenge (L’Incroyable Challenge du Film Thailandais). Les auteurs en herbe se verront payer des billets aller-retour avec le budget pour réaliser les projets de court-métrages qu’ils ont soumis. Des récompenses d’un total d’un million de baht (environ 30 000 dollars) seront reversées aux gagnants.

La Thaïlande est considérée comme le lieu phare de réalisation de l’Asie du Sud-Est et se tourne à présent vers une production de films nationaux croissante. Le 3 avril, le ministère de la Culture du pays a déclaré qu’il prévoit d’investir 30 millions de bahts dans l’industrie du film. Une partie de cet argent sera reversé aux films qui encouragent une meilleure compréhension des traditions culturelles et artistiques de la Thaïlande.

D’après le communiqué, l’objectif consiste à consolider la visibilité du Royaume sur la scène cinématographique de la région d’ici à 2015, juste avant l’ intégration économique de l’ASEAN.

Jonathan DeHart, traduit par Caroline Robert (Tradadev).

Source (The Diplomat): Thailand International International Film kicks-off

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.