AlterAsia

Environnement

Cambodge: l’agriculture intensive menace les marais du Tonlé Sap

La moitié des zones humides du Cambodge seraient déjà perdues en raison des pratiques de l’agriculture intensive du riz.

Près de la moitié des zones humides du Cambodge ont été perdues en raison de l’agriculture intensive du riz et de l’abandon de la riziculture traditionnelle extensive. C’est le cri d’alarme lancé dans une étude d’une université britannique, qui s’inquiète de la perte imminente de l’intégralité d’un écosystème.

Des chercheurs de l’université de East Anglia ont estimé que les marais du Tonle Sap, le lac d’eau douce le plus vaste d’Asie du Sud-est, est passée de 3,349 km2 en 1995 à 1,817 km2 en 2005, soit une perte de 46%. Malgré des efforts de conservation dans quelques zones, près de 19% des plaines inondables ont été perdus entre 2005 et 2009, informe un rapport de l’université.

« La perte de cet écosystème d’Asie du Sud-Est est imminente sans une intervention immédiate, a déclaré la chef de fil des recherches Charlotte Packman.

« Les prairies inondables en Thaïlande et au Vietnam sont déjà presque complètement perdues. Seul un fort engagement politique pour la protection et la restauration peut prévenir la perte imminente de la dernière plus grande zone de prairie inondable d’Asie du Sud-est. »

Les zones inondées du Tonle Sap abritent 11 espèces d’oiseaux menacées et fournissent des ressources vitales pour la pêche, le pâturage et la riziculture traditionnelle dont dépendent 1,1 million de personnes.

« La zone est extrêmement importante tant au niveau de la biodiversité qu’au niveau des moyens de subsistance pour quelques unes des communautés les plus pauvres au monde. Notre recherche montre que ces marais sont en train de disparaître à un rythme alarmant », a ajouté Charlotte Packman.

L’agriculture intensive, un problème majeur

La recherche, publiée dans le journal Conservation Biology, quantifie pour la première fois la perte catastrophique de la zone tropicale inondée.

Les chercheurs ont comparé des photographies aériennes prises en 2005 avec des cartes de la couverture terrestre entre 1995 et 1996. Ils ont également utilisé des études du terrain.
Ils ont découvert que les marais du sud-est du Tonle Sap ont diminué de 923 km2 à 751 km2 entre 2005 et 2009.

Presque toute cette perte est attribuable soit à la riziculture intensive – qui a augmenté de +666% durant cette période -, soit aux réservoirs nouvellement construits. La production commerciale intensive de riz par des compagnies privées – qui implique la construction d’énormes canaux d’irrigation et de réservoirs – empêche les communautés locales d’accéder à ces zones dont dépendent leurs moyens de subsistance.

Cela détruit également l’habitat d’espèces menacées.

« Les pratiques agricoles traditionnelles peu intensives telles que l’agriculture sur brûlis et les zones de pâturage pour le bétail aident à maintenir les prairies et préviennent des broussailles envahissantes », précise Charlotte Packman.

Traduction: Aliénor Simon
Source (AlertNet): Commercial farms threaten Cambodia’s seasonal wetlands
Photo: Jennifer Phoon/Foter

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.