AlterAsia

Environnement

Barrage de Baram (Sarawak): la contestation s’affirme

Dans un propos relayé le 10 mars 2013 par le quotidien Borneo Post (« Oui au projet de barrage à Baram-Jabu »), Alfred Jabu, vice-premier ministre du Sarawak, déclare que « les représentants des communautés de Baram sont tous favorables au barrage hydroélectrique de Baram ». Une affirmation contestée par la coalition Save Rivers.

(Extraits) SAVE Rivers (réseau pour la sauvegarde des fleuves du Sarawak) réfute cette déclaration de Jabu. En effet, d’après plusieurs sources sûres présentes à la séance de discussion avec M. le premier ministre Abdul Taib Mahmud, à Miri le vendredi 8 mars 2013, la réalité est toute autre.

D’après Save Rivers, la majorité des participants présents à cette séance étaient membres de la fédération des associations des Orang Ulu* (Communautés indigènes de Malaisie) ou fonctionnaires. Mais les chefs des communautés directement affectées par le projet de construction n’étaient pas tous présents.

Le dialogue aurait donc été arrangé de manière à ce que seules quelques personnes choisies puissent se prononcer afin de donner l’impression que les intervenants soient favorables à la construction du barrage.

Parmi cinq personnes qui ont pu s’exprimer, une seule, Lucas Kallang, était directement touchée par le projet de barrage puisqu’il vient de Long Julan. Les autres ne sont pas concernés, puisqu’ils ne viennent pas du district de Baram.

Au cours du dialogue, le Chief minister du Sarawak, Abdul Taib Mahmud aurait admis que le gouvernement avait commis des erreurs lors de la mise en œuvre du projet de barrage hydroélectrique de Bakun et en a attribué la responsabilité au gouvernement fédéral qui n’aurait pas fourni assez de fonds pour procéder à la réinstallation des peuples expulsés.

D’après Taib, le gouvernement malaisien aurait donc appris de ses erreurs afin de mieux organiser le projet du barrage de Baram.

SAVE Rivers demeure très sceptique à l’encontre de cette déclaration. Selon la coalition, les autorités auraient bien reproduit les mêmes erreurs qu’avec les barrages de Bengoh et de Murum. Il n’y aurait donc aucune garantie que la situation ne se répète pas également à Baram.
En effet, le gouvernement a d’ores et déjà commis des erreurs pour le projet de Baram. Par exemple, peu d’informations sont disponibles sur le projet proposé et pas de consultation appropriée des peuples directement affectés ; aucune étude de l’impact social et environnemental (SEIA) n’a encore été menée (en revanche, la route d’accès au site de construction est déjà en chantier) ; et les peuples directement concernés sont tenus de remplir au crayon des formulaires dont ils connaissent peu ou pas le contenu.

Après la séance de dialogue, rien n’indiquait que le projet était approuvé à l’unanimité et avec enthousiasme comme Jabu le suggérait dans le Borneo Post. La liste des participants présents à l’assemblée ne constitue pas un échantillon représentatif de l’opinion des peuples pour ce projet.

Pendant le déroulement de la séance dans un grand hôtel à Miri, un groupe d’environ 70 opposants venant de Baram, Suai et Niah ont manifesté pour exprimer leur mécontentement à l’encontre du projet débattu. Les manifestants ont crié « Non au barrage de Baram » et « Ne volez pas nos terres » et ont exigé du gouvernement qu’il s’occupe du problème des citoyens sans papiers, comme les citoyens sans certificat de naissance et sans carte d’identité.

L’an passé, Jabu, avec Gerawat Gala, le président de la fédération des associations des Orang Ulu, aurait tenté de berner les peuples de Baram avec de grandes déclarations (Borneo Post, 18 mai 2012, « Soutien des communautés pour le barrage de Baram« ), annonçant que les peuples affectés par le projet proposé avaient donné leur accord à l’unanimité.

Cette déclaration avait été fortement contestée par les personnes affectées par le projet, ainsi que par les organisations de société civile.

Source (Aliran): Baram Dam: Jabu again misleading people

* La Fédération, baptisée « Forum » représente 9 minorités ethniques du Sarawak: Berawan, Bisaya, Kayan, Kelabit, Kenyah, Kiput, Lun Bawang, Penan, and Saban.

Photo: Wakx/Flickr

Print Friendly

Tagged ,

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.