AlterAsia

Politique

Elections en Malaisie: la cyber-guerre commence

« Bloggers Anak Sarawak » (« Les enfants du Sarawak ») est constitué de sites étonnamment similaires, coiffés du même logo et qui ont tous pour cible… les sites qui s’élèvent contre le BN (Barisan Nasional, la coalition de partis politiques au pouvoir en Malaisie).

Extraits

Ils ont l’air de types ordinaires, se décrivent comme « une fraternité de blogueurs locaux qui ont chacun leur propre histoire ».

Pourtant, nous sommes en mesure de révéler qu’un nouveau réseau de sites internet pro-BN – la coalition au pouvoir en Malaisie, ndlr – est actuellement déployé sur la ligne de front par une poignée de journalistes payés pour cela, financés en secret par Awang Tengah, ministre de la Planification des Ressources et de l’Environnement du Sarawak, n°2 du gouvernement et du parti PBB (Pesaka Bumiputera Bersatu) et organisés par Abdullah Saidol, le premier secrétaire politique de Taib (Ministre en Chef du Sarawak et président du PBB).

« Bloggers Anak Sarawark » (« Les enfants du Sarawak ») est constitué de plusieurs sites étonnamment similaires, tous coiffés du même logo et qui ont tous pour cible les sites qui critiquent le BN (la coalition au pouvoir en Malaisie, dont le PBB fait partie). Lancés l’année dernière, les sites peinent à rassembler quelques membres, et on retrouve la plupart de ces quelque 16 membres d’un site à l’autre.

Et sans grande surprise, la plupart des articles n’affichent aucun commentaire.

L’excuse trouvée par ces sites web pour expliquer le manque d’intérêt qu’ils suscitent est qu’ils « ne font pas de sensationnalisme dans le seul but de faire grimper le nombre de clics ». Pourtant, cet état de fait correspond bien aux informations que nous avons eues : ces blogueurs sont payés à la quantité, et non pas en fonction de l’impact qu’ils peuvent avoir. Il est aussi remarquable que tous ces blogs soutiennent Awang Tengah, davantage même qu’ils ne soutiennent le PBB ou le BN, au point de critiquer ce qui est écrit dans les journaux du BN.

Les cyber-soldats payés par Awang Tengah

Nos informateurs sur place ont rapporté au Sarawak Report que les membres des soi-disant « Bloggers Anak Sarawak » sont payés 3000 ringgits par mois (environ 750 euros) pour faire ce travail, et qu’ils sont dirigés par Slfian Nawawi, un journaliste du Sarawak Tribune, qui appartient à Taib.
Tengah finance le projet nous dit-on, mais il en a délégué la conduite à deux de ses plus proches soutiens, le leader de la Jeunesse du PBB, Radin Kadri, et son premier secrétaire politique Abdullah Saidol.

La raison qui pousse Awang Tengah à soutenir ce projet ne se limiterait pas à sa seule envie de promouvoir le BN. Il faut plutôt chercher du côté de son désir de succéder à Taib, grâce à la création d’une large base de soutien.

Awang Tengah est largement cité et mis en avant dans tous les sites en question, et c’est un point commun supplémentaire entre eux. Les sites de ce réseau sont notamment Wire Kenyalang, Kedilan X Sarawak, Asap Koyan, UnReported News, Srawak Kolok Mee, Kuchingitam, Melenau Blogger.

Des fonctionnaires font partie du groupe de blogueurs

Plus inquiétant, nous avons la preuve que parmi ces blogueurs se trouvent des fonctionnaires payés par le gouvernement qui devraient consacrer leur temps à leurs taches officielles, pour lesquelles ils sont payés, et non promouvoir l’agenda politique individuel d’Awang Tengah.

En réalité, il n’y a rien de neuf dans cette « Cyber-guerre », que le BN avait annoncé en grande pompe. C’est sa tentative de contrôler le seul média qu’il a été jusqu’à présent incapable de supprimer ou acheter.

Ce qu’il y a de nouveau dans ce que nous révélons est que le groupe Blogueurs Anak Sarawak d’Awang Tengah a été initialement formé après qu’un groupe dédié aux nouveaux médias sociaux (« New Social Media Unit ») établi par le BN Sarawak et dirigé par le neveu de Taib, Abdul Aziz Adenan, a commencé à se désagréger après les élections locales.

Bloggers Anak Sarawak constitue à présent un groupe au sein d’un groupe de « Cyber-soldats » du BN, ce qui est symptomatique des rivalités dangereuses et des divisions au sein du BN à l’approche des élections.

Les internautes (s’ils s’en donnent la peine) peuvent donc s’attendre à bien d’autres articles rédigés par l’équipe Anak Sarawak, dont la principale obsession est d’attaquer Sarawak Report et d’autres sites amis qui percent le BN à jour, tout en faisant la promotion d’Awang Tengah.

La connexion canadienne

En parallèle de cela, le Sarawak Report a également remarqué que le nom de domaine sarawakreport.co.uk a été acheté par le fournisseur d’accès pour Sean Murray, le beau-fils canadien de Taib Mahmud.

Durant la campagne pour les élections locales de 2011, Taib avait lancé une importante cyber-attaque sur Sarawak Report grâce à un autre site nommé de façon identique sarawakreports.org.
Cette tactique, connue dans le monde virtuel sous le nom de « piggybacking », cherche à saper la cible en utilisant des sites du même nom, qui critiquent l’original.

Taib avait payé la société FBC Media 5 millions de dollars américains pour monter cette tromperie et effectuer d’autres services du même ordre, dont des attaques par déni de service (DoS), qui ont temporairement empêché notre site de fonctionner.

Murray est déjà connu pour avoir mis en place ce genre de cyber-attaques. L’enquête d’un journal britannique avait révélé l’an dernier qu’il avait fait appel aux services de la société Bell Pottinger pour modifier le contenu de sites wikipedia, notamment celui du Sarawak Report et celui de Radio Free Sarawak.

A l’approche des prochaines élections, nous verrons donc bientôt une nouvelle série d’attaques liées au sarawakreport.co.uk? Les cyber-soldats du BN sont payés et en ordre de bataille!

Traduction: Louise de Nève
Source (Sarawak Report): BN’s Cyber Warriors » exposed

Print Friendly

Tagged ,

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.