AlterAsia
English version

Société

En Thaïlande, la communauté transgenre trouve sa voix

De la critique d’une publicité IKEA à une campagne politique qui vise les électeurs « kathoey » (hommes devenus femmes), la communauté transgenre thaïlandaise fait parler d’elle dans les médias.

Pongsapat Pongcharoen, un général élevé selon le modèle américain, membre du Parti Pheu Thai, a publié cette vidéo de campagne sur YouTube afin d’en appeler au « troisième sexe » de la capitale dans sa campagne visant à devenir le prochain gouverneur de Bangkok. La vidéo dépeint une joyeuse mosaïque de la démographie de Bangkok, dont un certain nombre de kathoeys. Avec cette première vidéo de campagne appelant ouvertement au vote des transgenres, Pongchareon, déjà en tête selon les derniers sondages, marque un coup d’avance.

Dans un message vidéo repris par le Global Post, il déclare que « notre monde moderne accepte de plus en plus les différents genres. Bangkok se doit d’être une ville qui comprend les différences sexuelles, pas seulement en acceptant différent modes de vie (…) elle doit se montrer amicale envers chaque différence. »

Il est difficile de donner un nombre exact, mais on estime que la communauté transgenre thaïlandaise compte entre 10 000 et 100 000 membres. Cela représente un nombre d’électeurs et une force sociale non négligeables si l’on parvient à les mobiliser avec succès.

“Toutes les personnes transgenres ne sont pas concernées par les problèmes politiques, tout simplement parce que les politiques d’identité sexuelle demeurent séparées des problèmes politiques globaux”, confie toutefois au Diplomat l’activiste transgenre Prempreeda Pramoj Na Ayutthaya. « Je voterai pour le candidat qui proposera une politique concrète et bénéfique pour la communauté transgenre… et qui soutiendra l’égalité des sexes. »

Selon elle, les hommes politiques qui abordent le besoin de créer des espaces sociaux en pensant aux personnes transgenres, tels que des toilettes publiques, pourraient également gagner le vote de la communauté. Les personnes transgenres sont aussi concernées par d’autres questions telles que la reconnaissance légale de l’identité transgenre et la possibilité de changer de nom sur la carte d’identité.

“Certains hommes politiques ont participé à des réunions tenues par des organisations communautaires pour les LGBT. De nombreux hommes politiques se rendent sur le marché et font la cuisine avec les vendeurs pour se donner une bonne image avant les élections. Mais je n’en ai jamais vu un seul se rendre dans un cabaret et s’intéresser aux problèmes des femmes transgenres », ajoute-t-elle.

Même Nok Yollada, la première politicienne transgenre de Thaïlande, n’a pas essayé d’attirer les électeurs transgenres. « Je ne me concentre pas sur le genre dans ma campagne. Je le mentionne à peine », a-t-elle confié au Global Post.

Un discours politique franc par rapport aux questions transgenres n’en est peut-être qu’à ses débuts, mais ces dernières ont longtemps été un sujet brûlant en Thaïlande. La première opération de changement de sexe en Thaïlande a été réalisée en 1972. Aujourd’hui, ces opérations sont bien plus nombreuses en Thaïlande que dans le reste du monde.

Les chanteurs, personnalités de la télévision et stars du cinéma transgenres font partie intégrante de la culture populaire thaïlandaise. Pattaya organise même un concours de beauté annuel pour les transgenres, Miss Tiffany’s Universe, transmis à la télévision à travers tout le pays.

En effet, le “Pays des Sourires” est mondialement considéré comme un bastion de la tolérance bouddhiste et de la grâce sociale. Aux yeux des observateurs occidentaux, c’est une attitude de « mai pen rai » (« pas de soucis ») qui unit la société thaïlandaise.

Au premier abord, il semblerait que les personnes transgenres thaïlandaises aient réussi. Néanmoins, la réalité est bien plus complexe. La société et la loi thaïlandaises ne sont pas aussi conciliantes que l’image populaire le suggère.

Même si les parents thaïlandais d’enfants transgenres les soutiennent très souvent, la société peut souvent être cruelle. Selon un sondage du « Ramkhamhaeng University Public Opinion Center, 70% des personnes interrogées sont contre le mariage gay ou contre le fait de donner la possibilité aux personnes transgenres de changer leur sexe sur leur carte d’identité et leur passeport.

On retrouve souvent cette attitude très répandue dans la récente publicité IKEA. La société s’en est excusée depuis, ainsi que pour cette publicité pour la clinique Toctick.
Pramoj Na Ayutthaya a répondu aux excuses d’IKEA: “Il ne s’agit que d’une seule action… Les personnes transgenres thaïlandaises doivent toujours travailler durement pour l’égalité, avec la communauté mondiale transgenre.”

Jonathan DeHart
Photo: Nok Yollada. Crédit: 89372776@N00/flickr

Traduction: Caroline Robert (tradadev)
Source (The Diplomat): Thai transgender community finds its voice

Print Friendly

Tagged

Partager cet article

Voir aussi

Soutenez-nous !
Loading...
Téléchargez l’appli AlterAsia!
Rejoignez-nous!
Recherche
Newsletters

Recevez directement dans votre boite à lettre les newsletters d'AlterAsia !

Contribuez à la Une!

Découvrez le sommaire de la semaine prochaine et choisissez l'article que vous voulez traduire. Il apparaîtra directement en Une d'AlterAsia !