AlterAsia

Environnement

La Thaïlande ne sait plus quoi faire des animaux sauvés

Langur Lunch
digitalART2 / Nature Photos / CC BY

La Thaïlande cherche à se débarrasser de son image de marché clandestin aux animaux sauvages, mais ne sait plus quoi faire des espèces menacées qu’elle sauve.

Au cours des deux dernières années, écrit le New York Times, les protecteurs de la vie sauvage en Thaïlande ont sauvé plus de 46,000 animaux des mains des trafiquants, vendeurs et trappeurs, plus du double des 18,000 espèces saisies pendant les deux années précédentes. «L’arche de Noé» des espèces en danger du royaume risque de couler sous le poids de tous ces éléphants, tigres, ours et autres singes. « Plus nous en récupérons, plus nous devons nous occuper de ces animaux », reconnaît Theerapat Prayurasiddhi, le directeur-général adjoint du département des parcs nationaux, de la vie sauvage et de la conservation des plantes.

Le commerce des espèces en danger ne fait jamais relâche en Thaïlande comme le prouve la découverte en octobre 2012 de 16 bébés tigres à l’arrière du camion d’un trafiquant. Les responsables du Centre de reproduction de la vie sauvage de Khao Pratubchang ont vite été submergés par les soins 24h/24, la nourriture adéquate et les soins dont ont besoin les animaux. « C’est comme avoir un enfant. Il y a tant à faire! », explique Sathit Pinkul, le directeur du centre.
Source : Asie-Info

Lire aussi (New York Times): Thailand faces a Noah’s ark size burden of wildlife care

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.