AlterAsia

Société

Malaisie: Bawani, la « petite Ambiga »

L’étudiante Bawani KS a obtenu les louanges de la présidente de Bersih (campagne pour des élections libres et transparentes) Datuk Ambiga Sreenevasan, pour avoir défendu le groupe lors d’une confrontation verbale avec l’oratrice controversée Sharifah Zohra Jbeen Syed Shah Miskin, au cours d’un forum universitaire qui s’est tenu le mois dernier.

Selon Ambiga, l’étudiante en deuxième année de droit s’est montrée courageuse en donnant son avis, la soutenant avec des faits et des chiffres, même si elle a été forcée de se taire lorsque Sharifah Zohra lui a retiré le micro.

Bawani défendait Bersih et soutenait la proposition pour une éducation gratuite.
« Ses arguments étaient plus forts que ceux de la modératrice (Sharifah Zohra) », affirme l’ancienne présidente du Conseil à la Barre dans un sms envoyé au Malaysian Insider.
Ambiga, avocate de renom et activiste de la société civile, a déclaré que Bawani, que l’on a surnommé « Petite Ambiga », a probablement un brillant avenir devant elle.
L’étudiante de l’Universiti Utara Malaysia (UUM) est devenue un phénomène en défendant Bersih 2.0 et en soutenant la proposition pour une éducation gratuite devant la responsable du forum Sharifah Zohra dans une vidéo qui a été postée sur Internet. Le forum, avec pour titre « Seiringkah mahasiswa dan politik? » (Les études et la politique sont-elles sur la même ligne?) » a été tenu à l’université de Kedah le 8 décembre, mais la tempête a vu le jour après que la vidéo de 20 minutes a fait le buzz et a été diffusée sur Facebook et sur Twitter, ainsi que sur plusieurs forums universitaires.

Sharifah Zohra, qui s’est avérée être une supportrice fidèle du Barisan Nasional (BN, a coalition au pouvoir), a brusquement interrompu Bawani lors de son discours et lui a enlevé le micro en répétant « écoute » à 11 reprises.

Bawani a protesté, mais Sharifah Zohra l’a arrêtée avant de qualifier Ambiga d’anarchiste, allant même jusqu’à affirmer sa position en invitant les médias présents à se manifester.
Sharifah Zohra a également réprimé l’étudiant tentant de prendre la parole, répétant de façon insistante « Laissez-moi parler » avant de demander aux autres personnes présentes: «Etudiants présents dans le hall, tous les 2 300 étudiants. Lui ai-je témoigné du respect? Lui ai-je témoigné du respect ? Je me suis avancée vers elle, je lui ai serré la main et je lui ai témoigné le respect en tant que femme. Pensez-vous que je doive répondre à sa question avec une telle attitude ?»

Ambiga pense que Bawani a un brillant avenir devant elle.

Elle a sans cesse réprimandé Bawani, âgée de 27 ans, affirmant qu’elle n’avait « pas d’éducation », ajoutant que « si ça fait partie de notre programme, nous t’autorisons à parler » et « quand je parle, tu écoutes. »
Lorsqu’on a demandé à Ambiga de parler de son étiquette d’ « anarchiste », elle s’est dite indifférente, mais plutôt soucieuse de la façon dont le forum s’est déroulé.

Elle a remarqué qu’au début de l’événement, on a obligé les étudiants à prêter serment afin de condamner les manifestations dans la rue et les trouble-fêtes, ce qui pourrait suggérer que le forum était tenu pour faire un « lavage de cerveau » aux étudiants afin qu’ils s’opposent à Bersih.

« J’ai été alarmée par le lavage de cerveau que j’ai remarqué pendant le serment. Les étudiants avaient peur de donner leur avis (ce n’est pas leur faute) et j’ai été alarmée par le fait que notre système autorise cela », a-t-elle déclaré.

Mais Ambiga a ajouté qu’il était rassurant de voir des hommes politiques de tous bords condamner l’incident, bien que certaines critiques à l’encontre de Sharifah Zohra aient été racistes, sexistes et ont « dépassé les limites de la décence ».
Deux leaders du BN ont en effet défendu Bawani sur Twitter et ont déclaré que Sharifah Zohra n’avait aucun rapport avec la coalition au pouvoir.

Les étudiants de première année se sont montrés de plus en plus critiques face au gouvernement ces dernières années, notamment après l’assouplissement de la loi permettant aux étudiants de participer à la vie politique, en vue d’obtenir le soutien d’une génération que l’on considère comme primordiale pour les élections.

L’année dernière, plusieurs groupes étudiants ont ainso participé à des manifestations à travers le pays afin de demander une plus grande liberté et une entrée à l’université gratuite.

Par Clara Chooi. Traduction Caroline Robert (Tradadev)

Source: Ambiga says impressed with little Ambiga activist

LA vidéo de l’altercation, qui a fait le buzz en Malaisie:

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.