AlterAsia

Environnement

Les ours gagnent un sursis au Vietnam


(Les liens sont en anglais)

Un refuge pour la faune sauvage dédié aux ours rescapés des fermes à bile a échappé à un projet de construction d’hôtel grâce à l’ONG Animals Asia.

Un refuge pour la faune sauvage dédié aux ours rescapés des fermes à bile a obtenu du gouvernement vietnamien un sursis grâce à une campagne spectaculaire. Cette campagne avait pour objectif de s’opposer à une démarche invitant les investisseurs privés à s’approprier le territoire.

Cette décision du gouvernement représente une victoire à la fois très attendue pour les militants des droits des animaux, mais aussi nécessaire au regard du bon sens: en effet, le sanctuaire avait été construit quatre ans après un accord conclu avec le gouvernement.

Bâti dans la province du Vĩnh Phúc, sur six hectares de terres de la région du delta du Fleuve Rouge (nord du Vietnam), ce refuge a coûté 2 millions de dollars (américains) et accueille de nombreuses espèces différentes d’ours. Ces plantigrades avaient été retirés de fermes où ils étaient confinés dans des cages très étroites avec un cathéter enfoncé dans le canal biliaire, pendant 30 ans pour certains d’entre eux.

La bile d’ours est exploitée dans les médecines traditionnelles – et scientifiquement non fondées – chinoises. Les adeptes de ces médecines clament que la bile d’ours guérit tout un éventail de maladies, améliore la vue et possède des propriétés anti-inflammatoires. Des célébrités telles que les acteurs et humoristes britanniques Ricky Gervais et Stephen Fry avaient joint leurs efforts pour sauver le sanctuaire.

La bile est régulièrement extraite de milliers d’ours — dont l’ours à collier, l’ours brun et l’ours malais — dans des fermes vietnamiennes, en dépit d’une interdiction imposée en 1992. Malgré des amendes élevées, il est difficile de faire respecter cette loi parce qu’elle autorise toujours la possession d’ours en tant qu’animaux de compagnie et parce que cette pratique est toujours acceptée par l’opinion publique.

La décision de conserver le sanctuaire a été prise lundi au cours d’une assemblée à laquelle le Premier Ministre du Vietnam Nguyen Tan Dung prenait part. Sa présence était requise après la révélation d’allégations selon lesquelles une entreprise privée avait tenté d’acquérir le site pour l’exploiter et la déclaration de l’armée toute puissante pour élever le terrain du sanctuaire au niveau de « zone stratégique d’intérêt national ».

La fondation Animals Asia, qui gère le refuge et dont le siège se trouve à Hong-Kong, a accusé M. Do Dinh Tien, directeur du parc national de Tam Do de faire pression sur le ministère de la Défense afin de fermer le refuge qui emploie 77 travailleurs locaux, pour permettre la construction d’un hôtel à travers un marché conclu en relation avec sa fille.
Le directeur avait nié les accusations, affirmant qu’il était un homme simple et qu’il ne disposait d’aucun contact avec les membres haut placés de l’armée.

La réquisition des terres est devenue un problème majeur au Vietnam et dans une grande partie de l’Asie du Sud-Est. Des grandes entreprises et des intérêts politiques s’opposent aux fermiers – dont l’écrasante majorité survit au jour le jour — pour s’accaparer les terrains convoités.

Le Vietnam a lancé une étude nationale des pratiques de gestion des terres destinée à éviter les conflits après une série d’accrochages entre les autorités et les personnes qui utilisent ces terres depuis longtemps déjà.

Luke Hunt (The Diplomat), traduit par Cindy Presne (Tradadev)

Source: Bears win reprieve in Vietnam
Photo: Wikicommons

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.