AlterAsia

Politique

Cambodge: Mam Sonando renvoyé en prison « pour une bonne raison »

Source: Coz Toujours

mam sonando

Mam Sonado, directeur de Beehive radio (Sambok Khmum), retournera devant la justice le mois prochain afin de faire réexaminer, en appel, une demande de liberté provisoire. Il a été condamné à vingt ans de prison en octobre dernier pour « incitation à la subversion » après les manifestations de Kratie. Reportage.

Il faut se rendre au ministère de la Justice pour assister à l’audience du patron d’une des plus grandes radios d’opposition; déjà un beau clin d’oeil aux liens forts qu’entretiennent le gouvernement et les juges du Cambodge. Avant de retrouver les visages de ceux venus « faire pression » dans la salle, il faudra passer trois barrages policiers. On y compte au moins autant de casques et de matraques que de personnes venues soutenir Mam Sonando, 71 ans, condamné à vingt ans de prison en octobre pour « secession ». Mais c’est loin d’être la bataille. Un sentiment de lassitude s’est installé devant une justice paralysée. Les manifestant sont assis. Les photographes aussi. Les policiers regardent des vidéos sur leur téléphones neufs en leur tournant le dos.

Un fourgon arrive et laisse Mam Sonando retrouver les clics et les flashes avant d’être conduit dans une pièce aux volets fermés, loin de ceux qui sont venus le soutenir. Sa femme est assise au premier rang, patiente et inquiète. « J’espère toujours » glisse-t-elle dans un francais sans écorchure. Les appels des photographes se font entendre et Mam Sonando s’avance vers le banc de l’accusé. Sa santé n’est pas bonne; amaigri mais les cheveux toujours aussi sombres, il assure qu’il ne quittera pas le pays s’il est relâché. Son avocat ajoute qu’ il est même prêt à ne pas parler aux journalistes. De son côté, le procureur, vêtu de rouge et de blanc, à l’image du juge, réitère que le dossier contient toutes les preuves de sa culpabilité. C’est sans compter sur Sa Sovan, l’avocat de Mam Sonando, qui rappellera à la cour qu’il ne s’agit pas de confirmer la décision prise le 1er octobre mais de la revoir: «sinon, l’appel ne sert à rien», explique-t-il.

Le délibéré dure. « Ils téléphonent en haut pour savoir ce qu’ils doivent faire », entend-t-on. « Ils nous font croire qu’ils discutent du cas car il y a des étrangers dans la salle », assure-t-on. Effectivement une trentaine de « bareng » a trouvé place sur les bancs. L’Ambassade du Royaume-Uni est à la droite d’Amnesty International. L’équipe du Centre pour les droit de l’homme du Cambodge (CCHR) est presque au complet. C’est eux qui avaient aidé à la défense de Mam Sonando en première instance. Son directeur doit d’ailleurs lui aussi répondre aux questions d’un juge dans le Nord-Est du pays (province du Ratanakiri) pour avoir organisé un forum pour permettre aux membres d’une communautée reculée de parler de leur relation aux autorités. l’Ambassade de France se fait discrète, au fond à droite. Mam Sonando n’est pas que Khmer; il est également Francais et dispose d’un passeport pour le prouver. Le rôle de l’Ambassade est discret mais semble décisif.

Lire la suite

Photo: John Vink (Magnum)

Lire aussi:

MAM SONANDO – La demande de liberté provisoire sera ré-examinée le mois prochain (Le Petit Journal Cambodge))

Cambodge : 20 ans de prison pour un opposant franco-cambodgien (Le Monde)

L’arrestation de Mam Sonando est-elle justifiée? (Le petit Journal-Cambodge)

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.