AlterAsia

Société civile

Bornéo: rivières à vendre?

Communiqué de presse

Le Fonds de Bruno Manser met à jour les plans d’hydro-électricité du gouvernement du Sarawak (Bornéo) dans son nouveau rapport « Sold the River » et demande un moratoire sur la construction de barrage de Bakun et pour le retrait de consultants étrangers, socialement et écologiquement destructeurs.

(Kuching, Malaisie) Des dizaines de milliers d’indigènes des forêts tropicales de Bornéo font face au déplacement obligatoire de leurs terres traditionnelles, dû aux plans d’hydro-électricité rédigés par le gouvernement de l’Etat de Sarawak (partie malaisienne de Bornéo).

Un rapport du Fonds de Bruno Manser ayant droit « Sold Down the River. How Sarawak dam plans compromise the future of Malaysia’s indigenous peoples », examine les prévisions de construction de barrages du SCORE, le projet d’énergie le plus ambitieux et le plus cher de l’Asie du Sud-Est, qui nécessiterait jusqu’à 105 milliards de dollars d’investissements avant 2030.

Génocide culturel

Sous prétexte de « développement », le gouvernement du Premier ministre du Sarawak Taib Mahmud planifie des barrages sur presque toutes les rivières de l’Etat, sans tenir compte des implications sociales et environnementales. Les plans de barrages, qui avancent dans la plus grande confidentialité, constituent l’élément principal du SCORE, le projet du Sarawak d’énergie renouvelable. S’il est mis en œuvre, il entraînerait le génocide culturel d’une partie significative de la culture indigène riche de Sarawak.

Des cultures indigènes du Sarawak, comme les Kayan, les Kenyah, les Penan et les Kelabit, vont probablement disparaître si les projets de barrage sont mis en œuvre. Mais les barrages vont aussi probablement avoir des répercussions négatives sérieuses sur les Iban et les communautés Bidayuh. Pendant des siècles, les rivières de Bornéo ont permis la survie des populations indigènes du Sarawak. Le barrage du Baram seul devrait engendrer le déplacement de 20 000 habitants de Bornéo et inonder plus de 40 000 hectares de forêts tropicales et de terres cultivées.

Une première série de 12 barrages est actuellement mise en œuvre par Sarawak Energy, qui détient le monopole d’Etat. Le rapport souligne le fait que le Sarawak connaît déjà une production excessive d’électricité : la demande maximale actuelle au Sarawak tourne autour de 1000 mégawatts (MW), soit moins que la capacité de production du barrage Bakun (24OO MW), dont la construction vient de s’achever.

Lire la suite (anglais)

Télécharger le rapport

Print Friendly

Tagged , ,

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.