AlterAsia

Société

Indonésie: Umar Patek condamné à 20 ans pour son rôle dans les attentats de Bali

23/06/2012 by The Diplomat in Justice, Société

Article original (The Diplomat): Umar Patek gets life sentence

Les juges indonésiens ont rendu leur verdict concernant le dernier des poseurs de bombes de Bali en prouvant la culpabilité d’Umar Patek sur l’assemblage de deux bombes qui ont tué plus de 200 personnes en octobre 2002 à la sortie de deux boîtes de nuit sur la côte de Kuta-Legian. Il a été condamné à 20 ans d’emprisonnement.

Pendant l’audience, Patek, 45 ans, a maintenu qu’il n’était pas responsable de la planification de l’attentat et qu’il a seulement mélangé les produits chimiques qui ont servi à construire la bombe. Il a fait preuve de remords, s’est excusé auprès des familles et les juges se sont ralliés à la défense, même après la demande des poursuivants pour une sentence à vie au lieu de la peine de mort. Il a été accusé de six crimes, y compris de terrorisme.

Selon la défense, Patek aurait tenté de convaincre Imam Samudra, qui a été exécuté en 2008 pour son rôle dans les attentats, de ne pas mener à bien l’attaque destinée à tuer des blancs afin de venger la politique occidentale à l’égard de la Palestine.

Umar Patek a affirmé qu’il n’était pas d’accord car des musulmans auraient également été tués. Au lieu de cela, il aurait tenté de convaincre Samudra de concentrer ses efforts sur la préparation d’une Guerre Sainte au Pakistan.

Les attentats de Bali en 2002 ont constitué l’attaque la plus meurtrière d’Indonésie. Des centaines de victimes et leurs familles à travers le monde ont patiemment attendu le verdict.

Les juges ont rendu leur verdict à 9 heures du matin, lisant jusqu’au soir les 273 pages de conclusions, dont plus de 40 témoignages, alors que plusieurs policiers surveillaient le militant terroriste de Jemaah Islamiyah, surnommé « Demolition Man ».

Revêtu de coton blanc, Patek était entouré de journalistes, de photographes et d’agents de sécurité.

Son épouse, Ruqayyah binti Husein Lucena, purge actuellement une peine de prison de 27 mois pour violations liées à l’immigration, alors que Patek est également accusé d’avoir participé aux attentats la Veille de Noël 2000 en Indonésie, qui ont fait 19 morts.

Grâce aux preuves données par Patek, la cour a appris qu’Azahari bin Husin et Dulmatin étaient chargés d’assembler la bombe. Tous deux ont été abattus lors du raid organisé par la police. Les autres responsables des attentats de Bali ont également été emprisonnés ou exécutés.

A Denpasar, Patek a montré à la cour Jalan Pulau Menjangan où les bombes avaient été fabriquées et stockées, au consulat américain – où une bombe a explosé le même soir – ainsi que sur les sites du Sari Club et du Paddy’s Pub.

La reconstitution a suivi le trajet en moto – conduite par Dulmatin – jusqu’à un terminus de bus. Elle s’est également intéressée à l’interaction entre les auteurs de l’attentat.

Patek s’était entraîné en Afghanistan en 1994 aux côtés d’autres membres du JI et sa tête avait été mise à prix pour 1 million de dollars. Il était le terroriste le plus recherché d’Asie lors de son arrestation au Pakistan au début de l’année dernière.

On l’a retrouvé à proximité de la maison où le leader d’al-Qaïda, Usama ben Laden, avait trouvé refuge avant d’être exécuté par la Marine Américaine en mai dernier. Sa mort, ainsi que l’arrestation de Patek, ont marqué la fin d’une époque tragique en Asie du Sud-Est pendant laquelle le JI a affirmé se battre pour un califat islamiste.

Traduciton: Caroline Robert (Tradadev)

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.