AlterAsia

Environnement

Philippines: De l’art avec du café moulu, en hommage à l’environnement et aux cultivateurs de café de Benguet

Article original (Bulatlat): As tribute to Benguet coffee farmers and environment art from ground coffee

BAGUIO – Dans la ville de Baguio, où le traitement des déchets est problématique, un jeune homme réalise des œuvres d’art à partir de café moulu.

Artiste, chercheur et écologiste prometteur de 20 ans, Vincent Navarro considère que le recyclage des grains de café moulu contribue à éviter l’accumulation des détritus.
Plusieurs mois après l’effondrement catastrophique des déchets de la décharge de Baguio dans le quartier d’Irisan, les autorités de la ville sont toujours préoccupées par ce fléau permanent. La question se pose encore de savoir où enfouir les 300 tonnes de déchets produites chaque jour par les habitants.

« J’ai testé la possibilité de créer de l’art avec des grains de café moulus déjà utilisés que je me procurais auprès d’une grande chaîne de production de café », explique Navarro. En avril dernier, il a achevé ses études en beaux-arts à l’université des Philippines à Baguio.

Versé dans des techniques diverses, Navarro est peut-être le premier artiste philippin qui a trouvé la poule aux œufs d’or dans ces vieux grains de café en les utilisant dans ses œuvres et en augmentant ainsi leur valeur.

Actuellement au Japon pour deux semaines, plus précisément à Sendai et Tokyo, Navarro rejoint 89 autres jeunes Philippins comme « ambassadeur étudiant JENESYS » (réseau d’échange au Japon et dans l’est de l’Asie pour les étudiants et la jeunesse). Ils ont pris l’avion en direction du pays voisin pour aider les survivants du tremblement de terre et du tsunami à surmonter leur traumatisme. Le jeune artiste écologiste, d’apparence frêle mais déjà mature d’opinion, a exposé un grand nombre de toiles au Manor, bâtiment de l’hôtel Camp John Hay pour « contribuer à l’éveil de l’art naissant et à la prise de conscience environnementaliste » dans une ville qui, d’après lui, « fuit les limites politiques ».

Navarro retrouve deux autres étudiants de Cordillère (région des Philippines) et 87 autres jeunes professionnels philippins choisis par l’ambassade du Japon et le Comité National pour la Jeunesse, parmi des milliers de candidats au programme du réseau JENESYS.

À son lancement en 2007, le programme JENESYS était destiné à poser des fondations solides pour bâtir une solidarité forte en Asie au moyen d’échanges à grande échelle. Depuis, les programmes d’échange ont pour objectif de promouvoir les relations amicales et la compréhension mutuelle.

« Hommage aux cultivateurs de café »

Navarro raconte qu’il a travaillé dix mois sur les dix portraits des fermiers de Benguet (toiles de 61 x 61 cm) avec de la mouture de café récupérée.

« Ce sont les portraits des cultivateurs qui travaillent durement pour obtenir les
meilleurs grains de café à l’arôme très intense », explique Navarro. Il leur dédie son art pour leur rendre hommage. Il souhaite manifester son respect devant leur dur labeur.

Il puise son inspiration dans le séjour de plusieurs mois qu’il a passé à aider les exploitants à Tublay dans la province de Benguet, lorsqu’il était bénévole pour le Réseau Vert de la Cordillère.

Depuis des temps immémoriaux, la production de café est ancrée dans la culture des communautés de Benguet et de la Cordillère. Sur les tableaux, les cultivateurs sont représentés avec justesse, buvant du café et partageant leur vécu et leurs rêves.

Le café est très répandu dans les « ba-ang » (jardins) du Benguet, et tout particulièrement dans les zones les plus chaudes. Personne ne sait quand ni comment le café a été introduit dans ces régions. Désormais, c’est la boisson que l’on sert pour se réchauffer, surtout tôt le matin avant le travail des champs en montagne, pendant les pauses quand la conversation s’oriente vers les rêves de chacun et même au cours de festivités comme les « cañaos » (repas festifs indigènes) ou les grandes célébrations.

Étant donné l’importance de la production et de la transformation du café, les communautés ont œuvré pour que cette denrée de Benguet entre dans le cadre du programme OTOP (One-Town-One-Product, « une ville, un produit », programme du gouvernement visant à promouvoir les entreprises et à créer des emplois).

Les autochtones espèrent que leur café retrouvera son statut de « tradition vivante des communautés à la recherche de grâce, d’élégance et de passion ». En effet, autrefois, les indigènes en buvaient régulièrement, ainsi que le racontent les récits depuis la région de Baguio jusqu’aux pentes escarpées de la Cordillère.

De ces pratiques anciennes ont découlé de nombreuses utilisations du café moulu aussi bien dans la maison qu’à l’extérieur. Selon le site Internet Greenlivingtips.com, il est très utile à la fabrication de compost car il contient un rapport de carbone sur azote d’environ 20 sur 1 et est donc considéré comme une bonne source d’azote.

Il peut également servir d’engrais puissant pour les jardins sous forme de paillis (matériau protecteur qu’on épand sur la terre) et éloigner certains petits animaux.
Chez soi, la mouture peut simplement décorer ou être employée comme désodorisant naturel parce qu’elle absorbe les odeurs.

Côté soins de beauté, d’après le site DIYLife.com, le café moulu contribue à « adoucir et faire briller les cheveux. » On conseille aux personnes avec des cheveux brun foncé de les rincer avec la mouture, connue pour ses propriétés colorantes ; elle permet pour un temps de foncer ou d’éclaircir la chevelure.

« Pour moi, cela représente également une célébration de la vie, » déclare le jeune Navarro. Il a étudié les propriétés matérielles et colorantes de la mouture de café et a également découvert son utilisation possible dans la production d’œuvres d’art innovantes comme les portraits des dix cultivateurs de Benguet, mettant ainsi en avant la relation entre la matière et le sujet.

Texte et Photo: ACE ALEGRE
Traduction: Cindy Presne (Tradadev)

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.