AlterAsia

Politique

Censure en Malaisie: le livre interdit d’Irshad Manji, féministe, lesbienne et musulmane

Article original: Le Petit Journal, édition de Kuala Lumpur

La journaliste canadienne Irshad Manji a vu son livre interdit en Malaisie, notamment car il défend le mariage entre musulmans et non musulmans. Elle risque également de faire l’objet d’une fatwa pour avoir mis à jour son homosexualité.

Le livre de la journaliste canadienne Irshad Manji, « Allah, Liberty and Love » ou « Allah, Kabebasan dan Cinta » en version malaisienne vient d’être interdit dans le pays. Selon le ministre de l’intérieur, Abu Seman Yusop, l’ouvrage serait contraire à la charia, la loi islamique.

Le ministère a été alerté par un rapport de l’Islamic Development Department. Après étude approfondie du livre, le département a en effet trouvé qu’il contenait « des éléments susceptibles de troubler les lecteurs car contraires aux valeurs de la charia ».

Selon le ministre, le livre défend par exemple le mariage entre musulmans et non-musulmans, « ce qui peut mener au polythéisme ». Il a ajouté que le livre pouvait également créer la confusion puisqu’il défend la libre-pensée, le ijtihad dans l’Islam.

Le livre et sa traduction malaisienne tombent sous le coup de la Section 13 de la charia qui interdit la publication, la diffusion, l’enregistrement, la distribution et la possession de toute publication contraire à la loi islamique. Le département religieux des territoires fédérés (Jawi) a d’ores et déjà lancé plusieurs raids dans des librairies de Kuala Lumpur afin de confisquer les exemplaires du livre. Wan Jaafar, directeur adjoint de Jawi s’est expliqué sur ces actions : « L’ouvrage est une insulte à l’Islam. Nous nous inquiétons pour les musulmans qui pourraient être influencés par de tels écrits ».

Comme cette autorité n’a de pouvoir que dans les Etats fédérés, le Jawi a demandé aux autres Etats de soutenir l’interdiction. Désormais, chaque personne continuant à vendre le livre, encourt 3 000 Ringgits malaisiens d’amende (environ 750 euros) ou deux ans de prison.

Lire la suite (Le petit Journal, édition de Kuala Lumpur)

Article: Antoine Mariaux
Photo: Now photos/flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.