AlterAsia

Politique

Thaïlande : la mort d’Oncle SMS attise les passions

10/05/2012 by Asie Info in Censure, Politique

Le décès en prison d’un retraité accusé d’avoir offensé la famille royale relance le débat entre partisans et adversaires de la loi de lèse-majesté.

La mort dans une prison de Bangkok le 8 mai d’un retraité de 62 ans, condamné en novembre dernier à 20 ans de détention pour insulte envers la famille royale, attise les tensions entre partisans et détracteurs des sévères lois contre le crime de lèse-majesté en Thaïlande. Ampon Tangnoppakul (surnommé Ah Kong), est décédé à l’hôpital de la prison après s’être plaint pendant plusieurs jours de vives douleurs à l’estomac. Accompagnés de plusieurs dizaines de militants Chemises rouges, adversaires de l’establishment traditionnel et monarchiste, sa veuve Rosmalin et deux de ses petits enfants ont récupéré son corps peu après son décès.

Ampon Tangnoppakul avait été condamné pour avoir envoyé quatre texto jugés insultant envers la reine Sirikit de Thaïlande à un haut fonctionnaire gouvernemental en mai 2010, alors que Chemises rouges et militaires s’affrontaient dans les rues de Bangkok. Durant le procès, l’accusé, surnommé «Ah Kong» et «Oncle SMS» par les médias, avait plaidé l’innocence, affirmant qu’il ne savait pas comment envoyer des texto et qu’il n’était pas en possession de son téléphone au moment des faits. Il avait été reconnu coupable de quatre chefs d’inculpation, deux sous la loi contre le crime de lèse-majesté et deux sous la loi contre les crimes informatiques. Sa condamnation avait entrainé la mobilisation des adversaires de la loi contre le crime de lèse-majesté, la plus sévère parmi les monarchies constitutionnelles de la planète.

Dans les heures qui ont suivi sa mort, de très nombreux messages ont envahi les réseaux sociaux. «Nous pouvons faire certaines choses, comme de restituer les droits, l’équité et la dignité – des droits qui auraient dû lui appartenir ainsi qu’à tous les autres Thaïlandais», a écrit sur sa page Facebook le politologue Kasian Tejapira. Les adversaires de la loi ont rejeté la responsabilité de sa mort sur ceux qui justifient les peines très lourdes visant à protéger la monarchie constitutionnelle thaïlandaise.

Ces derniers ont estimé que Ah Kong avait été «puni» pour son ingratitude envers la famille royale et le roi Bhumibol Adulyadej. Les avocats de Ah Kong avait demandé à huit reprises sa libération sous caution pour raisons de santé. A chaque fois, le juge avait rejeté la demande, estimant lors du dernier recours en février que «l’état de santé du prisonnier n’était pas grave au point de menacer sa vie». Une autopsie doit être effectuée par des experts de la police et du ministère de la Justice.

Henri Emanglon, Asie Info
Photo: The Nation
Lire aussi: Thailande: vers une réforme des délits de lèse-majesté?

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.