AlterAsia

Politique

Singapour: « circulez, il n’y a rien à voir »…

Article original: Dr Chee should be permitted to attend the Oslo Freedom Forum (The Online Citizen)

Retour sur la polémique causée par le refus de Singapour de laisser sortir du territoire le Dr Chee Soon Juan, leader du parti de l’opposition (le SDP), invité à se rendre au Forum mondial pour la liberté à Oslo, en Norvège.

Les Singapouriens n’aiment pas beaucoup le concept des droits de l’homme. En tant que pays, nous avons souvent été accusés d’être peu généreux envers la liberté de la presse, la liberté d’expression et autres notions dans le même ordre d’idées. Sans aucun doute, ces allégations ont poussé les Singapouriens à être la défensive, qu’il s’agisse du gouvernement ou des simples citoyens. Nous sommes tellement prêts à détourner toute remarque jugée critique que nous attaquons souvent les premiers. Peu importe si ce qui a été dit soit sensé et objectif, ou si cela a été prouvé. Si cela vient d’une source étrangère, nous le méprisons immédiatement ; « c’est une intervention étrangère ». En agissant ainsi, nous nous posons des limites, nous nous enfermons sur nous-même avec un « syndrome du petit pays » et nous associons le concept des droits de l’homme à une vue erronée du nationalisme et des « valeurs asiatiques ».

Le Oslo Freedom Forum (OFF)

L’OFF est une conférence mondiale sur les droits de l’homme. Son objectif est de réunir les « leaders » du monde, y compris d’anciens chefs d’État, des lauréats du prix Nobel de la paix et des prisonniers d’opinion, de même qu’un certain nombre d’auteurs, de chefs d’entreprises, de leaders politiques, médiatiques et culturels, venus indifféremment de Norvège ou d’ailleurs.

Je crois comprendre que le Dr. Chee Soon Juan a été invité à se rendre à cette conférence mais qu’on lui a refusé l’autorisation de voyager jusqu’en Norvège pour la raison qu’il est ruiné. Et ceci, en dépit du fait que l’OFF s’est engagé à payer tous les frais de voyage du Dr. Chee (« Un groupe pour les droits de l’homme écrit une lettre ouverte au Premier Ministre Lee », Yahoo News, 25 avril 2012).
Le gouvernement craint peut-être que le Dr. Chee ne s’enfuie mais très franchement, il aurait pu le faire il y a bien longtemps s’il l’avait voulu.
Je ne suis pas forcément d’accord avec toutes les opinions du Dr. Chee mais au bout du compte, j’estime que c’est un honneur qu’un Singapourien soit invité à une conférence de ce type, tous frais payés.

Singapour souhaite devenir une ville reconnue sur le plan international. Qu’un Singapourien soit invité à participer à une conférence réunissant quelques-uns des plus grands de ce monde : ne serait-ce pas là un privilège qui pourrait rehausser l’image de Singapour sur le plan international?

Une remarque juste ne peut pas être assimilée à une intervention étrangère

Certains observateurs ont fait allusion au fait que l’Occident tentait une fois encore de soulever des problèmes à Singapour. Ces observateurs vont jusqu’à suggérer que l’OFF aurait pu inviter quelqu’un d’autre mais qu’il aurait choisi le Dr. Chee parce qu’il savait que celui-ci ne serait pas autorisé à voyager et que cette interdiction pourrait alors servir de prétexte supplémentaire pour stigmatiser Singapour.

Avec tout le respect que je vous dois, cette logique présente beaucoup de défauts. L’OFF rassemble un très grand nombre de personnes et ses perspectives mondiales dépassent largement l’échelle de Singapour. À l’évidence, ils ont bien mieux à faire que de comploter à trouver un moyen de critiquer Singapour, non ?

La véritable raison pour laquelle ils ont convié le Dr. Chee est bien plus simple que le grand subterfuge imaginé par certains. L’OFF a invité le Dr. Chee parce qu’il a le sentiment que cette personne incarne les droits de l’homme et, dans une large mesure, je comprends pourquoi il pense cela.

Peu importe que les opinions du Dr. Chee soient bonnes ou pas. Ce qui compte, c’est qu’il a bien voulu les exprimer quand d’autres ont préféré se taire. Il a peut-être été inutilement hostile mais là encore, ceci est un tout autre problème.

Le Dr. Chee a exprimé son opinion, ses propos ont été jugés diffamatoires et il a ensuite été ruiné des suites de cette affaire*. Certains ont supposé que les poursuites pour diffamation n’étaient qu’un moyen de discréditer une force contestataire. Là encore, c’est un problème différent. À tort ou à raison, le Dr. Chee s’est vu attribuer le rôle du « symbole de ce qu’il ne faut pas faire en politique » par JBJ (Joshua Benjamin Jeyaretnam, homme politique et avocat singapourien) ; en conséquence, il est devenu un martyre de la liberté d’expression, liberté qui fait partie des droits de l’homme.

Mais je m’égare ; ne perdons pas de vue le sujet. L’OFF n’a pas pour objectif de dicter leur conduite aux nations souveraines. Il ne s’agit que d’une conférence sur les droits de l’homme avec des participants impliqués dans la dissémination de ces droits. L’invitation du Dr. Chee ne signifie pas que ses idées politiques reçoivent l’approbation des organisateurs. Elle n’est que la manifestation d’une reconnaissance pour avoir pris la parole en faveur des droits de l’homme à de nombreuses reprises. Cette invitation n’est pas un affront à l’encontre de Singapour et nous ne devrions pas la considérer comme tel.

Même si Singapour fait l’objet de critiques, et alors? Si c’est une accusation absurde, nous pouvons simplement l’ignorer ou exposer notre version de l’histoire. S’il y a quelque chose de vrai dans l’allégation, alors, nous devrions en tenir compte et y réfléchir. Nous rouler en boule comme des hérissons, tous piquants dehors, ne sert qu’à nous fermer un peu plus au développement.

De nombreux pays font l’objet de critiques. Singapour n’est pas le seul dans ce cas et ne devrait pas prendre des remarques objectives trop à cœur.

Le Dr. Chee n’a pas été invité pour représenter Singapour

Sur le site Internet du Huffington Post (site d’information), un certain M. Jeffrey Tas a rédigé le commentaire suivant : « Pour autant que je sache et à mon avis, il y a de pires infractions aux « droits de l’homme » dans d’autres pays comme le Moyen-Orient, la Chine, l’Inde, ainsi que dans certaines parties de l’Afrique… Je soutiens la décision de Singapour de ne pas autoriser le Dr. Chee à partir, parce que quelle que soit l’étendue de ses actions, le Dr. Chee ne représente pas Singapour, il ne représente pas le Singapourien moyen et ne donne pas d’estimation juste de ce qu’est réellement Singapour et de la manière dont le système fonctionne. »

Avec tout le respect dû à M. Tas, ceci est un malentendu à propos des objectifs de l’OFF. L’OFF est une conférence sur les droits de l’homme. Il n’a pas l’intention de demander l’opinion de ses participants en tant que représentants de leur État souverain. Le Dr. Chee a été invité en tant qu’individu et non en tant que représentant de Singapour. À ce titre, qu’il représente Singapour ou non est hors de propos.

En outre, doit-on prendre pour référence des pays « pires » que le nôtre ?

J’exhorte le bureau de l’Administrateur public à autoriser le Dr. Chee à assister à la conférence. Le risque qu’il s’échappe est négligeable. De plus, il n’est nul besoin de s’inquiéter des dépenses du Dr. Chee.

Permettre ce voyage peut avoir un double effet : non seulement cela accroîtra la réputation de Singapour dans l’univers du discours intellectuel mais cela dissipera également l’idée répandue parmi les Singapouriens que notre gouvernement ne peut accepter d’opinions dissidentes.

*Le Dr Chee a été emprisonné plusieurs fois au nom de ses activités politiques, notamment pour avoir participé à des manifestations ou avoir tenu des débats publics sans autorisation policière. Il a également été poursuivi à maintes reprises pour diffamation par le parti au pouvoir. II lui est actuellement interdit de siéger au Parlement car il a été déclaré en faillite personnelle en 2006 par la Cour de justice singapourienne : il ne s’était pas acquitté des dommages et intérêts (plus de 300 000 euros) à verser aux anciens Premier ministres Lee Kuan Yew et Goh Chok Tong.

Ghui
Traduction: Cindy Presne (Tradadev)

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.