AlterAsia
English version

Politique

Malaisie: Bersih 3.0, des difficultés d’un mouvement pacifique

Article original: The effects of Bersih 3.0 (The Malaysian Insider)

Plus de 100 000 personnes se sont rassemblées en Malaisie à l’appel de la coalition Bersih 3.0 pour demander des élections libres et transparentes le 28 avril dernier. Malgré la popularité grandissante du mouvement, les violences qui ont émaillé la manifestation à Kuala Lumpur tirent néanmoins une sonnette d’alarme, tant pour les organisateurs que pour le gouvernement.

30 Avril. Chacun tire ses propres leçons du rassemblement Bersih 3.0.
Comment comprendre, pour un étranger, pourquoi la manifestation n’a pu être pacifique?

Pourquoi de nouvelles violences? Les supporters du Barisan Nasional ont accusé les manifestants d’avoir pris part à des actes de violence, et ont souligné le professionnalisme de la police.

De leur côté, ceux qui participaient au défilé ont surtout mis l’accent sur le sens démocratique de la manifestation et condamné l’excessive répression exercée par la police.

C’est un fait, un véhicule de police a été endommagé et des officiers de police attaqués. Mais c’est un fait également que 103 manifestants ont été blessés, et 65 admis à l’hôpital. Des reporters qui couvraient l’événement ont également été frappés et arrêtés.

Par conséquent, le gouvernement devrait mettre en place un comité indépendant chargé d’enquêter et d’identifier ceux qui ont commis de tels actes afin que cela ne se reproduise plus, car c’est une honte pour le pays.

Un contexte politique tendu

Les manifestations pourraient tout à fait être pacifiques. Malheureusement, certains ne peuvent s’empêcher de profiter de l’occasion pour semer le désordre. Le défilé du Himpunan Hijau 2.0 par exemple s’est déroulé de façon pacifique, en coordination avec la police.

Pourtant, il y a bien eu violence, et la police a fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau lors des trois rassemblements de Bersih.

Au total, 245 personnes furent arrêtées lors du premier défilé le 10 novembre 2007, 1697 lors de la manifestation Bersih 2.0 l’an dernier ; 512 ont été arrêtées cette année.

L’atmosphère de cette troisième manifestation était plus agressive que les deux précédentes, même après le vote de la loi Pacifique (Peaceful Assembly Act).
Le combat politique a échauffé les esprits, et beaucoup de gens se sont laissé emportés, et ont fini par se moquer des slogans qui réclamaient ouverture et libéralisation.

Le rôle des médias

Les rapports des médias traditionnels, des médias en ligne et des réseaux sociaux ne présentent qu’une version des faits. Les premiers soulignent les violences dont se sont rendus coupables certains manifestants, tandis que les deux autres condamnent la police. Les premiers sont susceptibles d’influencer les électeurs des zones périurbaines, les deux autres ont renforcé le ressentiment envers le pouvoir établi.

Les médias traditionnels ont mis l’accent sur l’aspect violent des trois manifestations, mais sans grand impact. Au contraire, le nombre des manifestants a augmenté. Le pouvoir devrait enfin admettre l’idée qu’à l’âge d’internet, la société civile a maintenant accès à d’autres messages.

De plus, les réactions brutales peuvent accentuer la haine. Cela peut imprégner les esprits, quel que soit le parti touché, avec un impact négatif sur les jeunes.

Un avertissement pour le gouvernement

Le BN ne tire pas forcément avantage à voir le rassemblement Bersih 3.0 se finir dans le chaos. Tout comme lors du défilé Bersih 2.0, les controverses pourraient continuer de grandir et affecter la préparation des élections générales.

Peu importe qu’il y ait 100 000 ou 250 000 manifestants, leur nombre est de toute façon en augmentation. Beaucoup étaient là pour la première fois, et des personnes âgées en faisaient partie.

La plupart étaient malais et chinois. L’exaltation des jeunes manifestants malais devrait, cela va sans dire, tirer le signal d’alarme au sein de l’UMNO.
Bersih 3.0 a eu les effets escomptés, et Himpunan Hijau 3.0 a vu son influence grandir dans la communauté malaise.

La position de l’UMNO à la suite de la manifestation de Bersih 3.0 est décisive. Si le plan de transformation du gouvernement (GTP) ne trouve pas de nouvel élan, les efforts déployés jusqu’à présent pour gagner les votes des indécis auront été vains.

On peut constater que le pouvoir a d’abord semblé vouloir réagir en douceur. Pourtant, il a finalement choisi la manière forte, sans doute en raison de pressions internes au parti.

La violence du défilé Bersih 3.0 entache les politiques démocratiques. N’y a-t-il d’autre voie que la confrontation pour la démocratisation du pays ? (mysinchew.com)

Lim Sue Goan, TMI
Traduction: Louise de Neve
Photo: Jason Chan/Flickr

Tagged

Partager cet article

Voir aussi

Soutenez-nous !
Loading...
AlterAsia sur votre mobile !
Rejoignez-nous!
Recherche
Newsletters

Recevez directement dans votre boite à lettre les newsletters d'AlterAsia !

Contribuez à la Une!

Découvrez le sommaire de la semaine prochaine et choisissez l'article que vous voulez traduire. Il apparaîtra directement en Une d'AlterAsia !