AlterAsia

Environnement

Cambodge: le récit de la mort de Chut Wutty

chut wutty

Deux journalistes d’un quotidien anglophone diffusé au Cambodge accompagnaient le militant écologique lorsqu’il a été abattu. Elles racontent.

Phorn Bopha et Olesia Plokhii, 27 ans toutes deux, reviennent de loin. Ces journalistes du Cambodia Daily, quotidien anglophone basé à Phnom Penh, se trouvaient dans le Land Cruiser du directeur de Natural Resource Protection Group, lorsque celui-ci a été mortellement touché, le 26 avril, par une balle d’AK47 tirée par un militaire, Im Rattana, lui-même décédé dans des circonstances confuses. Elles racontent dans l’édition du 28-29 avril de leur quotidien, les derniers moments de Chut Wutty et du soldat.

Chut Wutty enquêtait sur des cas de déforestation illégale dans le massif des Cardamomes entre Pursat et Koh Kong, au nord-ouest de Phnom Penh. Il prenait des photos de lianes arrachées lorsqu’il a été interpelé par un homme vêtu d’un tee-shirt noir et d’un short bleu lui demandant de quitter immédiatement les lieux. La tension est montée d’un cran lorsque deux autres individus, l’un civil et l’autre en tenue de soldat, se sont avancés. Ils étaient visiblement assez agressifs. Ils ont refusé de décliner leur identité. Ils ont interdit au militant et aux deux journalistes de partir sans avoir préalablement parlé «à leurs supérieurs», sans préciser de qui il s’agissait.

Chut Wutty s’est résigné à les attendre. Trois hommes à moto sont alors arrivés, armés d’AK47 et en uniforme. L’un d’entre eux sent l’alcool. Les six hommes ont demandé à Chut Wutty de les suivre pour voir «leur boss » à Koh Kong. Celui-ci a refusé. Le ton est monté. Une altercation a eu lieu, les trois appareils photos appartenant à l’une des journalistes et au militant ont été saisies. Chut Wutty a réussi à faire démarrer sa voiture. Deux soldats se sont postés devant pour l’empêcher d’avancer. Deux coups de feu ont retenti. Les deux journalistes ont alors bondi hors du véhicule pour aller se réfugier dans les sous-bois. Une à deux minutes plus tard, elles sont retournées jusqu’au véhicule. Les corps du militant et de l’officier gisaient. Ils décéderont quelques secondes plus tard. D’autres moments de tension s’en sont suivis. L’un des soldats a dit à l’un de ses collègues «tuez les toutes les deux». Ils ne le feront pas.

Environ 90 minutes après le drame, d’autres policiers et soldats débarquent sur les lieux. Ils prennent en charge les deux journalistes, leur offrant à boire et à manger. Les corps des deux victimes sont transportés jusqu’à Koh Kong. Un pistolet sera retrouvé parmi les effets personnels du directeur de l’ONG.

Sun Samoeun, commandant-adjoint de la police militaire de Koh Kong, repris par le Cambodia Daily, indique qu’In Rattana, qui a tiré sur Chut Wutty, s’est «suicidé», tout de suite après. Il «ne s’explique pas» les raisons du geste et exclut catégoriquement l’intervention d’un troisième tireur. La thèse du suicide est mise en doute par le neveu du militant : s’appuyant sur les résultats de l’autopsie, il estime fort peu probable que quelqu’un réussisse à mettre fin à ses jours en se tirant deux balles dans la poitrine avec un fusil.

Source : Asie Info
Photo: DR.

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.