AlterAsia
English version

Politique

Malaisie: huit lois votées en une nuit

Article original: Pakatan slams BN for rushing eight laws in one day (The Malaysian Insider)

Le parti au pouvoir a mis à l’ordre du jour 8 amendements régissant les libertés civiles des citoyens malaisiens, à voter en une seule nuit. Une pratique qui a provoqué l’indignation du Pakatan Rakyat (PR), la principale coalition des partis de l’opposition au niveau fédéral. Le PR dénonce une précipitation électoraliste.

KUALA LUMPUR, le 19 avril – Les députés de l’opposition fédérale (PKR, DAP et PAS) fument de colère devant la décision prise par le parti gouvernemental, le Barisan Nasional (BN), de lancer un plan « bulldozer » de huit projets de loi à voter ce soir au Parlement.

Les parlementaires en colère ont souligné au Malaysian Insider, via SMS, qu’ils ont pris connaissance dans la matinée que la Chambre devait voter ces projets de loi qui comportent des modifications cruciales aux lois qui concernent le processus électoral, la participation des étudiants à la vie politique et la liberté des médias.

« J’ai perdu le compte! Nous sommes consternés. Ce bulldozer est pour le moins atroce, cela prouve que notre Parlement n’est rien d’autre qu’un coup de tampon », a écrit la vice-présidente du PKR Nurul Izzah Anwar dans son message au Malaysian Insider.

« Il est évident que certains de ces projets de loi sont présentés de manière précipitée en vue des GE (élections générales), soit pour contrôler la pratique des élections, soit pour obtenir de la popularité avant les GE, » a déclaré par SMS Teresa Kok, députée de la circonscription de Seputeh et présidente du DAP dans l’Etat de Selangor.

Teresa Kok s’était déjà élevée auparavant contre la Chambre, après que le ministre délégué auprès du Premier ministre, Datuk Liew Vui Keong, ait proposé une motion afin de n’ajourner la séance en cours qu’après le débat et l’adoption des huit projets de loi par la Chambre basse.

« Comment pouvons-nous débattre d’autant de projets de loi? C’est une question sérieuse « , avait-elle demandé.

Après quelques railleries de députés du Barisan National (BN, coalition majoritaire au Parlement), la motion a été adoptée.

Les lois qui doivent être débattues et amendées par le Parlement aujourd’hui sont : la loi sur les infractions électorales ; la loi sur les universités et les collèges universitaires (UUCA) ; la loi sur la discipline au sein des établissements scolaires ; ainsi que la loi sur la Presse imprimée et les publications (PPPA).

D’autres lois concernent la Jasa Perkasa Persekutuan et la Pingat Tentera Udara (« Allocations du souvenir » attribuées aux personnes qui ont reçu une médaille des services fédéraux et de la Royal Air Force), ainsi que les marchés des capitaux et de Services.

S’adressant aux journalistes lors d’une conférence de presse plus tard, Teresa Kok a déclaré qu’il s’agissait d’une tentative délibérée du gouvernement de faire passer ces projets de loi au bulldozer, afin qu’ils soient votés à temps pour gagner des voix lors des sondages électoraux à venir.

Elle a déclaré que cela avait choqué tous les députés du Pakatan Rakyat (PR), qui ne s’attendaient pas à être obligés de passer par tant de modifications législatives dans la journée.

« Pire encore, c’est aujourd’hui le dernier jour. Le jeudi, un grand nombre de députés repartent à midi pour retourner dans leurs circonscriptions », a-t-elle dit, ajoutant qu’il y avait seulement près de 100 députés présents à la Chambre ce jour. Le Parlement (Dewan Rakyat) compte 222 représentants élus.

Térésa Kok a également rappelé qu’il avait fallu un jour et demi à la Chambre pour voter la loi sur les Infractions de sécurité (mesures spéciales), qui devrait remplacer celle sur la Sécurité interne (ISA).

« Les députés de la majorité essaient d’adapter les projets de loi à l’ordre du jour du BN.

« Pour le PPPA et le l’UUCA, par exemple, ils veulent faire passer ces lois afin d’en retirer plus de crédit dans les sondages, » a-t-elle affirmé.

Nurul Izzah a également critiqué des modifications apportées à la Loi sur les infractions électorales qui n’avaient pas été soumises dans le rapport de la Commission parlementaire (CFP), prenant de court les députés de l’opposition.

« Ses conséquences vont loin – elles mettent fin à plusieurs droits des partis politiques à vérifier les électeurs sur les listes électorales – ou à vérifier s’il s’agit bien de la liste qui a été approuvée en 2011. Cet amendement est une nouvelle érosion des droits des électeurs « , a-t-elle conclu. 

Clara Chooi (The Malaysian Insider)
Photo: Nicholas Chan

Print Friendly

Tagged

Partager cet article

Voir aussi

Soutenez-nous !
Loading...
Rejoignez-nous!
Recherche
Newsletters

Recevez directement dans votre boite à lettre les newsletters d'AlterAsia !

Téléchargez l’appli AlterAsia
Contribuez à la Une!

Découvrez le sommaire de la semaine prochaine et choisissez l'article que vous voulez traduire. Il apparaîtra directement en Une d'AlterAsia !