AlterAsia

Economie

Coca-Cola Philippines : les employés dénoncent…

Alors que Coca-Cola fête son 100è anniversaire aux Philippines, l’entreprise est accusée de porter atteinte aux droits de ses employés.

MANILA – Coca-Cola Philippines vient de fêter son 100è anniversaire par le lancement de son « camion du bonheur », concrétisant ainsi les rêves de Philippins chanceux. Mais ironiquement, l’entreprise est accusée par ses employés de répandre le malheur en portant atteinte aux droits des travailleurs.

Lors d’une conférence de presse, le 17 mars, les présidents des syndicats de Coca-Cola Philippines ont révélé que l’entreprise avait refusé de négocier avec eux dans le cadre de la convention collective. Par le biais des négociations collectives, les travailleurs, via leurs représentants syndicaux, négocient avec leurs employeurs les conditions de travail, augmentations salariales, avantages sociaux, etc.

“Coca-Cola Philippines ne répand pas le bonheur parmi nous, les travailleurs, avec sa pression à la baisse sur nos salaires, la réduction de sa force de travail et l’affaiblissement de ses syndicats”, a déclaré Faustino Aguillon, président du Syndicat des travailleurs unis de Coca-Cola (United Coca-Cola Workers’ Union, UCCWU), basé à Imus, Cavite.

Au lieu d’étudier les propositions de 45 syndicats en vue d’une hausse généralisée des salaires, la direction de la géante multinationale revendique la mise en place d’un système d’évaluation individuelle pour augmenter les salaires, qui se base sur ce qu’on appelle les « 3 P » : performance, productivité et présence. Les travailleurs feront l’objet d’une évaluation de rendement tous les deux mois, et ceux qui auront échoué pourront être licenciés.

En vertu des 3 P, au lieu des hausses de salaires et des primes de rendement actuelles payées en plus des augmentations salariales négociées dans le cadre de la convention collective, les travailleurs se verront offrir une augmentation salariale uniquement en fonction des résultats des évaluations de rendement qui se classent en 4 catégories: ER (excellent rendement), RS (rendement satisfaisant), RD (rendement à développer) et AR (aucun rendement). Conformément au système de l’entreprise, les travailleurs qui obtiennent le résultat AR durant la première année de la période de convention collective ne recevront aucune augmentation salariale ou « montant forfaitaire » fixé par la direction. Mais le système propose également de baisser les salaires durant la deuxième et la troisième année de la convention collective en fonction de l’inflation.

« Le système des 3 P est une atteinte à nos droits. Coca-Cola Philippines veut faire d’une pierre trois coups en s’attaquant à la sécurité salariale, la sécurité de l’emploi et la sécurité syndicale », a déclaré Alfredo Marañon, président du syndicat des travailleurs de Coca-Cola (Sacoru), basé à San Fernando, dans la province de Pampanga.

Yolito Fadriquelan, président du Ilaw at Buklod ng Manggagawa (IBM), une fédération à laquelle le syndicat des travailleurs de Coca-Cola (UCCWU) est affilié, a déclaré que les présidents de deux syndicats (l’un à Meycauayan, dans la province de Bulacan, et l’autre, à l’usine de la région d’Ilocos) ont déjà été licenciés en vertu du système des 3 P.

Aguillon a indiqué que les négociations entre la direction et le syndicat à l’usine d’Imus, dans la province de Cavite, ne sont pas concluantes. 160 travailleurs réguliers et 150 contractuels sont employés dans cette usine.

Il précise les travailleurs ont rejeté le versement par l’entreprise d’un montant forfaitaire de 60 000 P (1 463 $) offert en échange de leur accord au système des 3 P. Ils perçoivent un salaire de 450 P (11 $) la journée, légèrement supérieur au salaire minimum de 404 P (9,85 $) dans la région de la capitale nationale.

D’après lui, la direction a menacé les travailleurs de fermer l’usine s’ils refusaient le système des 3 P. « L’UCCWU oppose un front uni au système d’évaluation individuelle de Coca-Cola. Les travailleurs de Coca-Cola savent que ce n’est pas seulement une hausse salariale, mais aussi l’intégrité de leur syndicat qui est en jeu pour les prochaines années », a-t-il ajouté.

Il en va de même en ce qui concerne les travailleurs de l’usine de San Fernando, dans la province de Pampanga. Marañon a déclaré qu’ils ont entamé les négociations en janvier, l’année dernière, et que la direction reste intransigeante et entend bien imposer les 3 P.

Fadrequilan a souligné que le système d’évaluation s’applique généralement aux superviseurs et non aux travailleurs subalternes. Il a affirmé que le système des 3 P de la direction conduira à l’antisyndicalisme, la contractualisation et l’externalisation.

« Alors que Coca-Cola est visiblement en train de dépenser beaucoup d’argent dans sa campagne médiatique visant à célébrer ses 100 ans d’existence aux Philippines, elle reste pingre envers les personnes responsables de ses superprofits réalisés dans le pays: ses travailleurs », a déclaré Roger Soluta, secrétaire général de Kilusang Mayo Uno (KMU).

« Coca-Cola n’est pas reconnaissante envers les Philippins, vue la façon dont elle traite ses employés. Elle établit également un mauvais précédent que les autres entreprises peuvent imiter, en leur apprenant à lésiner sur les salaires des travailleurs philippins », a ajouté Soluta.

Dans une autre déclaration, le représentant d’Anakpawis, Rafael Mariano, a affirmé que le système des 3 P est « hostile aux travailleurs et constitue un affront au droit à la négociation collective »: « Il est légitime et juste que les travailleurs de Coca-Cola cherchent à obtenir des revenus supplémentaires. Coca Cola Bottlers Philippines Inc. fait partie des 100 plus grandes entreprises aux Philippines et reste le plus gros vendeur de boissons gazeuses du pays. L’an dernier, l’entreprise a investi 1 milliard de dollars dans le projet d’agrandissement sur 5 ans de son usine d’embouteillage du Misamis Oriental », a-t-il ajouté.

Coca-Cola a été classée 4è des entreprises les plus admirées au monde par Fortune magazine, sur la liste de 2012, et se trouve en tête du secteur des boissons depuis 2010. Il s’agit du plus grand producteur de boissons gazeuses au monde.

Le Coca-Cola est vendu aux Philippines depuis le début du XXè siècle et est produit localement depuis 1927. En 2007, la Coca-Cola Company a acquis la propriété exclusive de Coca Cola Bottlers Philippines Inc., en rachetant les parts détenues par la San Miguel Corporation, appartenant à Danding Cojuangco, pour 590 millions de dollars.

Article original: Workers of Coca-Cola Philippines decry various attacks on labor rights

Par RONALYN V. OLEA, traduit par Laura Bour.

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.