AlterAsia

Société

Thaïlande: Si les adolescentes tombent enceintes, c’est la faute de Facebook

Article original: Thaïlande: Si les adolescentes tombent enceintes, c’est la faute de Facebook

D’après le très officiel Conseil national du développement économique et social, Facebook serait en partie responsable du fort taux de grossesse parmi les adolescentes thaïlandaises.

La Thaïlande a l’un des plus hauts pourcentages de grossesses parmi les adolescentes dans le monde. On estime à 120 000 les grossesses non désirées d’adolescentes, chaque année. Et il semble que le populaire site de réseautage social Facebook soit en partie responsable, si l’on en croit la conclusion du Conseil national du développement économique et social (NESDB):

Le NESDB a révélé que les 18-24 ans sont les plus grands utilisateurs de Facebook, comptant pour 40% de tous les utilisateurs. Le Conseil a déclaré que la croissance des médias sociaux est en partie à blâmer pour les problèmes de grossesse chez les adolescentes car les jeunes publient des messages ou des clips vidéo de séduction en ligne.

Saksith Saiyasombut, de son côté, accuse les insuffisances des programmes d’éducation sexuelle de la Thaïlande:

« Bien sûr, le plus grand réseau social est à blâmer pour tous les contenus torrides qui conduisent les adolescents à avoir des rapports sexuels non protégés. Mais il y a une explication beaucoup plus simple – la Thaïlande a un grave problème d’éducation sexuelle.
Si l’indignation morale pouvait être mise de côté, le pouvoir serait capable de s’apercevoir que la seule solution raisonnable pour éviter les grossesses chez les adolescentes est d’avoir une bonne éducation sexuelle et faire face à la vérité nue sur l’existence de la sexualité plutôt que de la cacher. »

Ricefieldradio pense que les médias sociaux n’ont rien à voir avec les grossesses chez les adolescentes:

Facebook et les autres médias sociaux n’ont rien à voir avec les grossesses des adolescentes ou le sexe. Ce sont les hormones. Les jeunes ont réussi à avoir des rapports sexuels avant même que les mères des fondateurs des réseaux sociaux aient été conçues.

Tasty Thaïlande souligne également l’insuffisance de l’éducation sexuelle en Thaïlande :

Après tout, l’âge de 18 ans c’est peut être techniquement ‘l’adolescence’, mais, pour la loi, c’est en fait l’âge adulte. Ça ne rentre, donc, pas du tout parmi les raisons de “blâmer Facebook” pour les grossesses des adolescentes.
Parce que, après tout, la croissance des taux de grossesses parmi les adolescentes en Thaïlande ne peut-elle être expliquée par la réduction des cours d’éducation sexuelle dans les écoles thaïlandaises ces dernières années, ou parce que les parents thaïlandais n’enseignent plus à leurs enfants la contraception ?

FACT – Freedom Against Censorship Thailand (Liberté contre la censure en Thaïlande) reconnaît le rôle essentiel des parents: « Bien sûr, Facebook peut faciliter la mise en relations de nos enfants. Mais c’est là une mauvaise éducation qui omet de surveiller ce que fait votre enfant devant un ordinateur. Peut-être que les enfants ont juste besoin de jouer au football avec des amis… Beaucoup de football! »

Voici quelques réactions sur twitter.

@thaimythbuster#Thailand C’est #Facebook qui l’a fait et partage la responsabilité les grossesses des adolescentes en Thaïlande: je me demande qui était à blâmer pour les grossesses il y a dix ans… Prem?

@CoconutsBangkok Dire que nous avons toujours pensé que les rapports sexuels non protégés provoquent des grossesses chez les adolescentes. Apparemment, c’est en fait Facebook!

Ce n’est pas la première fois que Facebook est accusé de la hausse des grossesses précoces parmi les adolescentes. L’an dernier, un chef religieux dans le centre de l’ile de Java, en Indonésie, a également accusé le réseau social géant pour la hausse des mariages précoces et des grossesses non désirées parmi les adolescentes dans le pays.

Mong Palatino, traduit par Abdoulaye Bah (Global Voices)

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.