AlterAsia

Economie

Singapour: débat sur le budget 2012

Article original: Singapour: réactions au budget 2012

Les points forts du budget prévisionnel 2012 du gouvernement de Singapour sont l’engagement à réduire la dépendance du pays envers la main-d’œuvre étrangère, une plus grande assistance aux personnes âgées, aux handicapés et aux familles à faibles revenus, ainsi que l’amélioration des transports et des hôpitaux publics.

En revanche, Siméon Ang note qu’il n’y a pas mesures significatives concernant la relance économique du pays:

Les analystes ont eu raison de modérer leurs attentes vis-à-vis de la capacité du budget à relancer l’économie à court terme…
Il est impératif de noter que le gouvernement n’a pas pris de mesures favorables à la relance, préférant investir sur le long terme. Cependant, aussi avisé soit-il, ce budget laisse les court et moyen termes vulnérables à un choc externe.

Sur le blog de Lion City, on critique le projet de budget et on l’appelle “Le budget décevant”:

C’est comme si le gouvernement sait ce qui est nécessaire pour les Singapouriens, mais n’est pas sûr du niveau de prestations dont ont besoin les personnes défavorisées. Donc, le budget est rempli de demi-mesures qui, au bout du compte, ne sont pas suffisantes.

Ng E-Jay se pose des questions sur le manque de mesures d’assistance ciblée des programmes en faveur des pauvres:

Une de mes préoccupations concernant le budget 2012 est le manque de mesures de relance économique prévue pour la nation, compte tenu de la sombre situation économique mondiale déclenchée par l’aggravation de la crise financière en Europe.
Comme Singapour devrait être pris dans le tourbillon, il est difficile de comprendre pourquoi le gouvernement a choisi de ne pas fournir une aide plus ciblée aux travailleurs et aux familles à faibles revenus. Est-ce un signe de complaisance envers les nuages économiques qui se profilent à l’horizon?

Après avoir écrit un article en deux parties sur ce budget, Leong Sze Hian conclut en demandant au gouvernement de couper court à la rhétorique:

Le gouvernement doit arrêter les beaux discours et faire quelque chose, s’il veut retrouver une certaine crédibilité.

My Little Corner suggère un meilleur indicateur de la productivité :

Ce budget n’apporte rien de nouveau dans l’amélioration de l’équilibre travail-vie personnelle pour tous les Singapouriens. Les avantages sont pour la plupart monétaires. Il n’existe pas encore de définition de la manière dont la productivité sera mesurée. La productivité du travail (production moyenne par heure de travail) devrait être privilégiée par rapport à la productivité générale. Cette mesure montrera que l’augmentation de productivité n’est pas due à l’exploitation des travailleurs. De ceci, malheureusement, il n’est pas question.

Ravi Philémon recommande davantage de financement pour les secteurs à faible productivité :

Il existe quelques secteurs où il ne peut y avoir qu’une très faible croissance de productivité, d’innovation et de compétences.
Le budget 2012 aurait pu identifier ces secteurs et augmenter leur financement, en visant spécifiquement à l’augmentation des revenus, afin d’inciter plus de Singapouriens à y travailler.

Le Parti national pour la solidarité décrit un budget bien équilibré:

…C’est un budget bien équilibré, intraitable dans certains domaines et d’entraide dans d’autres. Nous nous félicitons de l’accent mis sur la promotion d’une société plus inclusive et de l’avalanche de mesures prises pour améliorer la vie des Singapouriens. Nous espérons que l’on pourra faire plus avec les budgets à venir.

Réagissant à une provision dans le budget pour dédommager les personnes âgées qui laisseraient leurs appartements spacieux pour un logement plus petit, le Singapore Notes pense que cela ne fonctionnera pas:

Personne ne se réjouit d’un niveau de vie inférieur, et surtout pas après une dure vie de labeur. Les personnes âgées peuvent avoir à rester dans leurs anciens logements plus spacieux pour des raisons pragmatiques. Leurs enfants ont tout juste commencé à travailler et à épargner, et les perspectives économiques ne leur permettent tout simplement pas de s’engager dans un crédit de 30 ans. Si à quelque chose malheur est bon, cela n’en fait pas partie.

Guanyinmiao prend acte du soutien budgétaire pour les personnes handicapées:

Les années précédentes, le budget a été critiqué pour avoir négligé les Singapouriens handicapés: l’aide a été perçue comme insuffisante, et incomplète. Cette fois, les propositions peuvent aider les Singapouriens handicapés à devenir plus indépendants, grâce à des outils – pas affectés à proprement parler – permettant de donner aux individus les moyens de réaliser leurs ambitions.

Le Parti Démocratique de Singapour dispose d’un budget de «l’ombre», alternatif. Terence Lee énumère les programmes dans le budget qui pourraient bénéficier aux entrepreneurs.

Un poste de dépenses est controversé, il s’agit du poste de 1,1 milliard de dollars pour l’achat de 550 autobus destinés à décongestionner le trafic dans la ville-Etat. Beaucoup sont opposés à cette proposition. Goh Meng Seng conteste l’utilisation de l’argent public pour aider les entreprises privées:

Si le gouvernement dépense plus d’un milliard dans ces entreprises, il faut bien les nationaliser! Sinon, comment pourrait-il rendre compte au contribuable de l’argent dépensé dans des entreprises privées qui gagneraient alors plus d’argent?

Lucky Tan critique aussi cette mesure:

Cette initiative a suscité des préoccupations parmi les Singapouriens, car le gouvernement donne de l’argent à une entreprise privée et le but n’est pas clair: va-t-il tout simplement aider l’entreprise à augmenter ses bénéfices car elle pourra dès lors économiser une partie de ses propres ressources qu’elle aurait eu, sinon, à dépenser pour répondre aux normes minimales?

Cet épisode montre toute les contraintes et les limites auxquelles le gouvernement est confronté quand il essaie de mettre à niveau un système de transport public sur lequel il n’a maintenant plus aucun contrôle.

L’argent devrait être accordé comme un prêt, suggère Scrutinizing au gouvernement de Singapour:

Il n’est pas rationnel de donner à ces entreprises privatisées une telle somme d’argent sans contrepartie. Avec plus de bus, leur coût d’exploitation est plus important. Est-ce que les entreprises de transport vont de nouveau citer l’augmentation des coûts d’exploitation pour justifier la hausse des leurs tarifs? Si l’argent peut être prêté à des entreprises avec intérêt, les rendements de l’emprunt peuvent être mieux mis à profit dans l’intérêt général.

Photo: Chooyutshing/Flickr
Mong Palatino, traduit par Valerie Courteau

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.