AlterAsia

Société

Manifestations contre la vie chère aux Philippines

Article original: Oil firms, Aquino warned of nationwide protests vs oil price hikes

MANILLE – Les automobilistes, les conducteurs et l’association nationale Piston (Pinagkaisang Samahan ng Tsuper à Opereytor Nationwide – Association nationale des conducteurs et salariés des transports) sont bruyamment descendus, ce mercredi 23 février au matin, dans la rue Anda à Manille, pour protester contre l’annonce d’une hausse imminente des prix du pétrole. Ils ont ensuite rejoint les Alliances multisectorielles Bayan et Kilusang Mayo Uno. Ils ont tenu un siège encore plus long et bruyant devant les stations d’essence de Petron, l’une des grandes compagnies pétrolières – parmi les Big Three – des Philippines.
Avec des pancartes demandant aux automobilistes de klaxonner pour manifester leur soutien – beaucoup d’automobilistes l’ont fait – les militants ont organisé un programme entrecoupé de bruits afin de faire entendre leur inquiétude face aux profits on maîtrisés des compagnies pétrolières et l’inaction du gouvernement Aquino. 

Les manifestants ont critiqué la lenteur de l’action promise d’Aquino, qui n’est en fait qu’un amendement de la loi sur la déréglementation du pétrole, qui obligerait le gouvernement à contrôler les pics de prix des compagnies pétrolières. 
Ils ont également demandé pourquoi, en dépit des avertissements précoces des compagnies pétrolières, les consommateurs philippins n’avaient pas entendu un cri de colère dans «l’opinion» du président Benigno Aquino III, pourtant si loquace sur le procès de destitution du juge de la Cour suprême Corona, a souligné a souligné un membre de Bayan.

Jeudi, les compagnies pétrolières ont fixé leurs hausses de prix. Petron Corp, Pilipinas Shell Petroleum, SeaOil Philippine, Total Philippines et Eastern Petroleum ont soulevé les prix à la pompe de 1 à 1.35 peso par litre et de 50 centavos par litre, pour le diesel et le kérosène.

Alternatives

« Le cartel pétrolier mondial se prépare à des augmentations. Benigno Aquino n’a pas écouté les appels des consommateurs, comme celui sur la suppression de la TVA sur l’essence. Ses alliés au Congrès n’ont pas entrepris de projets alternatifs à la loi de déréglementation du pétrole. L’indifférence du président à la détresse des gens en dit long sur son «matuwid daang » (« right way »), d’après Bayan.
Selon l’allance, le prix à la pompe du diesel a déjà augmenté de 2.65 pesos par litre et l’essence sans plomb a bondi de 4.60 pesos, suite à sept hausses des prix successives cette année. Durant la même période, le prix de détail d’un réservoir de 11 kg de gaz de pétrole liquéfié (GPL) a augmenté de plus de 115.50 pesos (environ 2 euros).
Mais au lieu de répondre à la demande des consommateurs, le président Aquino a seulement relancé son (déjà discrédité) programme Pantawid Pasada, qui octroie une subvention aux conducteurs de transports publics. Les bénéficiaires s’étaient pourtant plaints que l’aide n’était pas seulement insuffisante, mais aussi difficile à acquérir. 

Pendant ce temps, les recettes de la TVA sur le diesel par le gouvernement Aquino ont augmenté en raison des hausses des prix pétroliers. L’année dernière, malgré les protestations de la population, le gouvernement Aquino n’avait en effet pas renoncé à sa créance sur la TVA.

Pas seulement des protestations des chauffeurs

Plusieurs organisations invitent le public à se joindre à une manifestation nationale le 15 mars contre la hausse des prix du pétrole, de l’huile et pour une loi sur la déréglementation des prix du pétrole.
« Il est important pour le gouvernement de savoir que ce n’est pas seulement les automobilistes du pays qui protestent contre la hausse des prix pétroliers, mais la majorité des personnes », a déclaré George San Mateo, président national de l’association Piston, ajoutant que la plupart des Philippins sont touchés par ces augmentations.
Les femmes sont d’accord. « Le gouvernement de Benigno Aquino ne fait rien, mais regardez… les Philippins souffrent de l’aggravation de la pauvreté », a déclaré Joms Salvador de l’association Gabriela – la plus importante association nationale de défense des droits des Femmes – lors du rassemblement contre la hausse des prix du pétrole. Elle a ajouté qu’en 14 ans, depuis qu’il existe une loi de déréglementation du prix de l’essence, le gouvernement n’a rien fait, à part assurer les bénéfices du cartel pétrolier pendant que la population sombre dans la pauvreté. 

La plupart des dirigeants des organisations progressistes qui se sont exprimées au piquet de grève de Manille ont convenu qu’il est grand temps pour le gouvernement de nationaliser l’industrie pétrolière, à commencer par une régulation. Mais, comme San Mateo, de Piston, le dit: «comme le gouvernement n’est pas sur le point de le faire de son plein gré, nous devons le pousser à le faire. »
Texte et photos par Marie Salamat 

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.