AlterAsia

Environnement

Sarawak: de nouvelles terres prises aux autochtones

KUCHING: « L’accaparement des terres qui appartiennent aux natifs, par le gouvernement de Taib Nahmud, atteint une telle ampleur que dans 10 ans ou moins, les autochtones ne possèderont plus aucune terre », déclare Baru Bian, un éminent avocat spécialiste des droits coutumiers des peuples autochtones en Sarawak.

Selon Baru Bian, un nombre croissant de saisies de terres appartenant aux communautés indigènes ont été signalés jusqu’à Lawas au nord et Lundu au sud du Sarawak.

« De Lawas à Lundu, ces terres ont été accaparées par la coalition dominante du pays, le Front National (Barisan Nasional, BN).

« Les peuples indigènes vivent de leurs terres ; et la situation est si grave que dans 10 ans ou même moins, ils ne disposeront plus de moyen de subsistance. Cette situation concerne actuellement plusieurs milliers de personnes qui seront expulsées de leur forêt et installées dans des villes pendant que les terres de leurs ancêtres seront réparties entre les exploitations de bois et d’huile de palme, au nom de prétendus baux provisoires », explique Bian, représentant de Ba’Kelalan (groupe de neuf villages de la région des Kelabits Highlands) à l’assemblée législative.

D’après lui, en ville, ces pauvres gens deviendront des sans-abris et des squatteurs, ou vivront sous les ponts. Bientôt, ils deviendront une source de tout un ensemble de problèmes sociaux.

« Certains fouillent déjà les poubelles et sont tombés dans la criminalité et la drogue. Ce problème social qu’ils posent est aujourd’hui déjà un sujet d’inquiétude.
« Si le gouvernement actuel ne change pas sa politique et si la population continue de soutenir le BN, la situation va empirer. »

Plus de 25O plaintes

Baru Bian atteste que depuis les élections de l’État en avril, plus de 50 cas en rapport avec les droits coutumiers des peuples autochtones ont été documentés et attendent d’être présentés devant un tribunal.

Plus de 200 cas de saisie de terres en violation avec les droits coutumiers des peuples autochtones attendent déjà d’être entendus devant la Cour suprême.

« Le nombre de nouveaux cas est consternant.

« De plus en plus d’autochtones viennent nous voir parce que leurs terres leur ont été prises, mais le gouvernement nie les faits, il déclare n’avoir jamais accaparé le territoire des peuples indigènes.

« Et s’il maintient ce discours, je suis toujours prêt à aller confronter le Chef du gouvernement Abdul Taib Mahmud dans un débat ouvert », déclare M. Bian.

En février dernier, Baru Bian avait mis Taib au défi de contrer les allégations de l’opposition quant à la saisie des terres par le gouvernement.

Au départ, Taib avait déclaré être prêt à accepter le défi si Bian était à même d’apporter des preuves solides de ces allégations.

Baru Bian s’était préparé et documenté pour le débat mais celui-ci ne s’est pas déroulé car certains dirigeants du parti Pesaka Bumiputera Bersatu (PBB), un des trois partis de la coalition nationale ont décrété que Bian n’était pas l’égal de Taib et qu’il n’était “même pas” un représentant élu.

Le 16 avril dernier, M. Bian remporta le siège du Ba’ Kelalan au gouvernement, mettant ainsi en échec le candidat du Parti Démocratic Progressiste (SPDP) de la coalition de Sarawak Willie Liau de 473 votes.

Grâce à cette victoire, et avec sa position de président du Parti pour la Justice du Peuple de Sarawak (PKR), Baru Bian est désormais dans une meilleure position pour débattre avec Taib.
« Mon défi d’un débat ouvert avec le Chef du gouvernement est de nouveau à l’ordre du jour.

« Et j’insiste pour mener cette discussion avec le numéro un de l’État, c’est-à-dire le Chef du gouvernement lui-même », annonce M. Bian.

Joseph Tawie, traduit par Cindy Presne (Tradadev)
Photo: DR/Sarawak Report

Article original: More natives reporting land grabs

Voir aussi :Carte interactive de l'accaparement des terres au Sarawak (Sarawak Report)

Print Friendly

Tagged ,

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.