AlterAsia

Société

Le procès de l’auteur présumé des attentats de Bali ouvre en Indonésie

Article original: Suspected Bali bomber on trial in Indonesia

JAKARTA (13 fevrier): Umar Patek est arrivé au tribunal sous haute surveillance, dans une voiture de police blindée, des unités anti-terroristes étant déployées dans Jakarta. Il a levé les deux pouces, les mains menottées, mais n’a rien dit.

L’indonésien est accusé de meurtre avec préméditation et de fabrication de bombes pour l’attaque contre une discothèque en octobre 2002 qui avait fait 202 victimes, dont 88 Australiens, ainsi que celles contre des églises de Jakarta le soir du réveillon de Noël 2000.

“L’accusé Umar Patek fait partie d’une conspiration diabolique, avec d’autres, en important, en obtenant, en fournissant ou en étant en possession d’armes à feu, de munitions ou d’explosifs et autres matériaux destinés au terrorisme », a déclaré le procureur Widodo Supriady en lisant une partie de l’acte d’accusation à la cour.

Vêtu d’une kippa, d’un pantalon et d’une chemise blancs, Umar Patek a adressé un grand sourire aux journalistes avant d’entrer dans une cellule dans l’enceinte du tribunal.

La salle d’audience, située dans le district de Jakarta Ouest, était bondée avec environ 100 spectateurs. Plus de la moitié étaient des journalistes, dont un grand nombre travaillant pour les médias australiens.

Umar Patek, assis face à cinq juges, était entouré de procureurs et d’avocats à la défense. Ces derniers ont déclaré qu’on essayait de le faire passer pour le cerveau des attentants de Bali.

Pendant la lecture de l’acte d’accusation, Umar Patek est resté assis, gardant des lunettes et lisant tranquillement les accusations. Après que la séance ait été ajournée à lundi prochain, il a serré la main aux juges et aux avocats et a souri lorsqu’on l’a escorté hors de la salle d’audience.

De simples objets de la vie courante

Le procès d’Umar Patek, que l’on croit être un membre clé du réseau terroriste d’Al-Qaeda, Jemaah Islamiyah, en Asie du Sud-Est, va probablement durer plus de quatre mois pour que les avocats puissent présenter les preuves provenant de 86 témoins.

Ils vont témoigner en présentant l’implication de Patek dans le terrorisme depuis une dizaine d’années, a annoncé le procureur Bambang Suharyadi à l’AFP.

Apparemment, Patek a utilisé de simples objets de la vie courante, dont une louche pour assembler les bombes qui étaient entreposées dans de simples boîtes de classement, d’après Suharyadi et les détails dans l’acte d’accusation.

“Plusieurs étrangers sont prêts à témoigner. Mais à l’heure actuelle, nous craignons pour leur sécurité. Nous allons donc attendre et voir comment iront les choses », a annoncé le procureur.

L’acte d’accusation stipule que l’Indonésien Imam Samudra a demandé à Patek de fabriquer les bombes pour les attentats de Bali. Samudra, accusé d’être l’un des cerveaux, a été exécuté en 2008 par un groupe armé indonésien.

Riduan Ismudin, aussi connu sous le nom d’Hambali et considéré comme le cerveau derrière les attaques, a été arrêté en 2003 et est à présent retenu par les forces américaines à Guantanamo Bay.

Toutefois, l’avocat à la défense Asludin Hatjani a déclaré aux journalistes aujourd’hui: “les avocats essaient de faire passer Patek comme le cerveau derrière les attentants de Bali, mais ce n’était pas lui. Il n’a pas été à l’origine de l’attaque.

“Il n’est pas non plus approprié de l’accuser de meurtre avec préméditation. Au moment des attentats, les lois contre le terrorisme n’étaient pas encore en vigueur. L’accuser de meurtre avec préméditation pour de prétendus actes terroristes n’est pas correct », a-t-il ajouté.

Patek, jadis le suspect terroriste le plus recherché d’Indonésie ayant passé près d’une décennie en fuite, avait une prime d’un million de dollars sur sa tête en tant que récompense américaine d’un programme de justice.

Il a été extradé en Indonésie après son arrestation en janvier 2011 dans la ville pakistanaise d’Abbottabad, où des commandos américains ont tué le chef d’Al-Qaeda, Usama, en mai dernier.

Le ministre de la Défense indonésien, Purnomo Yusgiantoro, a déclaré plus tôt qu’on avait découvert que Patek avait essayé de rencontrer ben Laden à Abbottabad avant son arrestation. Toutefois, cela n’a pas été confirmé.

Traduction: Caroline Robert (Tradadev)

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.