AlterAsia

Société

Les peuples autochtones en Asie, apatrides et malades

12/02/2012 by IRIN in Santé, Société

Article original: ASIA: Indigenous groups – stateless and sick
BANGKOK, 9 Février 2012 (IRIN) – Les populations indigènes, définies par l’ONU comme « des personnes ayant des liens ancestraux à une région géographique et qui conservent des caractéristiques « distinctes » d’autres parties de la population », figurent à un rang anormalement élevé dans la plupart des indicateurs de mauvaise santé, selon le Département des Affaires économiques et sociales des Nations Unies.

« Il est regrettable que les gouvernements et leurs bureaux soient réticents, ou ne peuvent pas, révéler l’état de santé de leurs populations autochtones », a déclaré Michael Gracey, co-auteur d’une étude médicale menée en 2009 sur la santé autochtone.

Les 2/3 des populations autochtones sont asiatiques

Environ les deux tiers des quelque 300 millions d’autochtones estimés dans le monde, vivent en Asie (207 millions), selon les estimations 2011 du Fonds des Nations Unies pour les populations (UNFPA).

Le manque d’éducation, l’isolement géographique et les préjugés marginalisent ces populations, renforçant ainsi leur risque de contracter des infections sexuellement transmissibles évitables (IST), selon le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA).

Plus de 40% des femmes et des filles des tribus montagnardes en Thaïlande qui migrent vers les villes pour le travail, se retrouvent dans l’industrie du sexe, selon le Fonds international de développement agricole (FIDA).

Dans la région du Mékong, qui abrite 95 groupes ethniques du Myanmar, du Cambodge, du Laos, du Vietnam et de Thaïlande, l’éducation sanitaire n’est souvent pas réalisée dans les langues autochtones, précise David Feingold, coordinateur d’un projet VIH/Sida, basé à Bangkok pour l’UNESCO.

« Ne pas avoir d’information garantit un mauvais choix. Il n’est donc pas surprenant que les minorités du Mékong soient représentées de façon disproportionnée parmi les populations touchées par le VIH. »

En partie à cause de mauvaises conditions d’hygiène, dans la province de Ha Giang, dans le nord du pays, les infections gynécologiques restent un problème persistant pour les femmes des groupes Hmong, Dao, Tay, et Nung, qui vivent dans le district de Hoang Su Phi, selon l’ONG basée en Thaïlande, Pacte des populations indigènes d’Asie (AIPP). Seulement 24% des ménages y disposent d’eau potable et presque aucun ménage ne dispose de latrines ou de toilettes, a rapporté l’AIPP. « Même s’il existe des services de santé disponibles, ils sont de mauvaise qualité », précise Shimreichon Luithi Erni, le coordinateur pour les questions féminines de l’AIPP.

Apatrides et malades

La condition d’apatride minimise les chances d’une personne autochtone d’accéder aux soins de santé, selon l’UNESCO. « Près de quatre personnes sur 10 dans les tribus montagnardes en Thaïlande ne sont pas citoyens et ne peuvent, par conséquent, pas accéder aux soins de santé nationaux, ni à l’emploi formel », explique M. Feingold.

En outre, la réinstallation augmente la vulnérabilité de la santé, selon l’ONG britannique de défense des droits des populations autochtones, Survival International: « Pour les peuples indigènes, le lien à leur terre est si fondamental pour leur bien-être que la suppression de terre est presque inévitablement, dévastatrice, sur le plan nutritionnel, psychologique et physiologique », rappelle Sophie Grig, chargée de campagne de Survival.

Mais sans données sur la santé, il est difficile de savoir quels problèmes résoudre. Anne Harmer, conseiller technique socio-culturelle pour l’UNFPA en Asie constate « une désagrégation insuffisante des données sur la santé des peuples autochtones qui pourraient être utilisés pour intervenir spécifiquement en fonction de leurs besoins ».

« AlterAsia a traduit, en Français, la version anglaise de l’article original d’IRIN. La traduction n’a pas été revue par IRIN ou les Nations Unies. AlterAsia assume la responsabilité de la précision et de la bonne foi de la traduction. »

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.