AlterAsia

Politique

Anwar acquitté


Article original: Anwar acquitted

Traduit par:Louise de Neve

Les pleurs des femmes et des enfants, l’ovation de milliers de personnes, et l’explosion d’au moins trois bombes dans la confusion générale: on se souviendra longtemps de cette journée à la Haute Cour de Malaisie, où le juge Mohamad Zabidin Diah venait d’acquitter le leader de l’opposition national Anwar Ibrahim des accusations de sodomie qui pesaient sur lui, et de le remettre en liberté.

Anwar était pourtant convaincu d’aller en prison, et il avait fait sa valise en conséquence. Lui et ses très nombreux soutiens avaient toujours clamé que l’accusation, portée contre lui après que son parti Keadilan Rakyat avait enregistré ses meilleurs résultats aux élections de 2008, n’était qu’une machination politique. Quatorze ans plus tôt, il avait dû répondre des mêmes chefs d’accusation. Il passa six ans derrière les barreaux avant que sa condamnation pour acte de sodomie sur le chauffeur de sa femme ne soit annulée. Les récentes accusations eurent du mal à tenir en raison du manque de preuves irréfutables, indispensables dans les affaires d’accusations à caractère sexuel en Malaisie.

Un procès politique

L’Observatoire des Droits de l’Homme a salué ce verdict, et déclaré que le procès fait à Anwar ne répondait qu’à des motivations politiques et était entaché d’irrégularités.
« Lors du procès, l’accusation a refusé de communiquer les documents requis par le code de procédure criminelle malaisien, en particulier la liste des témoins et leurs dépositions, les notes des médecins qui ont examiné Saiful à l’hôpital de Kuala Lumpur, les rapports et notes du laboratoire sur les analyses et tests ADN, ainsi que les enregistrements des caméras de surveillance du poste de garde de la résidence où aurait eu lieu le supposé acte de sodomie. »

Anwar, visiblement soulagé, eut du mal à s’exprimer au milieu des photographes et journalistes qui se pressaient pour recueillir une photo et un commentaire. Plus éloquent, Azmin Ali, le vice-président du PKR, déclara que justice était rendue et que ce verdict envoyait un message important à la Malaisie et au monde entier.
« Depuis le début nous clamons l’innocence d’Anwar. Je travaille avec lui depuis plus de trente ans, il est innocent, c’est un homme intègre », a affirmé Azmin.
« Il a été accusé, nous nous sommes pliés à la procédure, nous avons fourni des preuves et des témoins crédibles tout au long de l’audience, et aujourd’hui la vérité apparait enfin au grand jour ».

Prêt pour la campagne électorale?

Dans l’immédiat, ses principales préoccupations, a déclaré Anwar, sont les élections qui se rapprochent et le bras de fer qui s’annonce avec le Premier Ministre Najib Razak qui s’est promis de regagner la base électorale perdue en 2008. Ce dernier a également promis de mener un certain nombre de réformes politiques et économiques afin de faire taire les critiques au sein de son propre parti.
L’important, a affirmé Anwar, est de tout mettre en œuvre pour que les prochaines élections soient « libres et justes ».
On aimerait le croire, mais il reste tout de même un mystère: qui se trouve derrière la fabrication des trois bombes artisanales? Remplies de roulements à bille et de débris de métaux, deux furent déclenchées sous le nez des policiers, la troisième explosa dans une poubelle à l’extérieur du tribunal.

Cinq personnes durent être emmenées à l’hôpital en raison de la violence de l’explosion. Personne n’a été arrêté au moment où nous publions: les milliers de personnes de l’assistance peuvent continuer à se demander où se trouvent réellement les motivations politiques en Malaisie.

Photo: BugBitesandCo/Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.