AlterAsia

Environnement

Expulsions forcées à Jambi (Sumatra)

copyright: Ulet Ifansasti

Article original: Palm oil company and Indonesian police committed human rights abuses, says report

BANGKOK – La police indonésienne et une grande compagnie d’huile de palme ont conjointement expulsé de force 83 familles et détruit leurs maisons, à la suite d’un long conflit foncier, selon un rapport de Forest Peoples Programme (FPP) publié récemment.

Le premier incident était survenu en août dernier dans la province de Jambi (Sumatra), dans une plantation de 20 000 hectares de palmiers à huile appartenant à PT Asiatic Persada (PT AP). La compagnie avait demandé à la brigade mobile de la police (BRIMOB) de sécuriser sa plantation, car elle soupçonnait des habitants d’avoir volé des fruits sur ses terres.

L’expulsion de 83 familles a été suivie d’une série d’affrontements violents, avec vol présumé d’armes de la police et opération de grande envergure de la police pour récupérer ces armes, indique le rapport.

« Les expulsions forcées, à la pointe du fusil, et la destruction des maisons des hommes, femmes et enfants, sans avertissement ni ordonnance du tribunal, constitue un abus grave des droits humains et sont contraires aux normes de la police», a déclaré dans un communiqué Andiko, directeur exécutif de HuMa, une association indonésienne des droits des groupes communautaires. « L’entreprise doit maintenant faire des réparations, mais les auteurs individuels devraient également être examinés et punis conformément à la loi », a-t-il ajouté.

Le jour de l’expulsion, environ 20 personnes de la BRIMOB et un nombre indéterminé d’employés de PT AP s’étaient réunis dans une zone peuplée et avaient tiré des coups de feu en l’air. « Les conducteurs des machines de l’entreprise, qui, selon les villageois, étaient dirigés par les gestionnaires de biens, ont ensuite abattu et rasé les 35 maisons dans la colonie ».

« Alors que le personnel de la PT AP nous a affirmé que le temps avait été donné aux habitants de retirer leurs biens, les membres de la communauté que nous avons interviewés le nient. Certains villageois ont même affirmé avoir été battus alors qu’ils tentaient de vider leur propriété», ajoute le rapport.

En outre, le rapport de la séquence vidéo prise par téléphone par des résidents au moment de l’incident, montre des opérations de pillage par le personnel de PT AP, tant dans les maisons détruites que dans les logements intacts.

Le Forest Peoples Programme a ainsi déclaré que PT AP avait pris des terres appartenant aux communautés locales « sans reconnaître leurs droits, sans indemnité et sans leur consentement. »

Les négociations ont échoué avec les membres de la communauté, dont certains membres avaient initialement accepté le dialogue.

Le rapport indique ainsi que BRIMOB et PT AP « partagent la responsabilité de graves violations des droits humains» sur les expulsions forcées, et mentionne le recours à une intimidation systématique de la population locale par la police et la destruction de biens, sans avertissement ni procès équitable. L’association FPP a témoigné, lors d’une visité à ces familles, qu’elles vivaient dans des abris temporaires, dans des conditions inacceptables.

PT AP est une filiale du groupe Wilmar, basé à Singapour, membre du Conseil exécutif de la table ronde sur l’huile de palme durable (RSPO). Il est, selon le FPP, le plus grand négociant au monde d’huile de palme.

Dans un communiqué, le groupe Wilmar s’est déclaré «surpris» par les conclusions du rapport et s’engage à résoudre ces questions « d’une manière pacifique et équitable (…). Nous sommes déçus par la décision de FPP de publier le rapport sans donner à Wilmar l’occasion de le lire et de le commenter, comme l’association nous l’avait promis».

Il a ajouté que compte tenu des différences entre le rapport du FPP et celui d’un auditeur indépendant commandé par Wilmar, le groupe s’est approché du Conseil de médiation (CAO), membre de la Banque mondiale, qui examine l’affaire et arbitre la négociation entre l’entreprise et les communautés touchées.

Thin Lei Win
Traduit par: AlterAsia
Télécharger le rapport (Anglais)

Photo: Ulet Ifansasti

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.