AlterAsia

Environnement

La déforestation a-t-elle contribué aux inondations en Thaïlande?

17/11/2011 by New Mandala in Climat, Environnement

Thailand, rainforest

Contrairement aux idées reçues, les recherches scientifiques nous apprennent le déboisement n’aurait qu’un rôle marginal sur l’ampleur des inondations en Thailande. 

Plus les inondations se poursuivent en Thaïlande, plus les commentateurs (en Thaïlande, comme au niveau international) ont recours à la vieille croyance que la déforestation a contribué à l’inondation.

Or il s’agit d’une question très complexe, beaucoup plus que ne le suggèrent la plupart des déclarations simplificatrices dans les commentaires publics. Il ne fait aucun doute que les paysages forestiers peuvent souvent absorber plus de pluie que les paysages non boisés, surtout si le défrichement des forêts est associé à la dégradation des sols et à la création de surfaces dures telles que les routes. Mais même de très absorbants paysages forestiers ont leurs limites, soit lorsque la pluviométrie est particulièrement intense (quand la pluie tombe plus vite qu’elle ne peut être absorbée), soit lorsque les sols forestiers sont saturés d’eau et ne peuvent tout simplement pas en absorber davantage.

Comme je l’ai écrit précédemment sur , il est bon de rappeler que les inondations éclair en Thaïlande sont communément appelées nam pa (littéralement, l’eau des forêts). Dans la mesure où il n’y a aucun consensus lexical, tout couvert forestier peut avoir un effet sur les inondations à l’échelle locale. Mais son effet est susceptible d’être beaucoup plus limité à grande échelle, et pour des événements de forte intensité.
Voici une sélection de citations de certaines enquêtes récentes de la littérature sur ce sujet. Tout d’abord, quelques citations de Ian Calder (et al), dans Forest and Floods:

Consulter l’état des connaissances scientifiques clarifie le fondement factuel de la compréhension des forêts et des inondations. En effet, il existe un fossé évident entre cette connaissance et la perception du public. D’une part nous avons la science, qui admet la complexité, des connaissances incomplètes, qualifiées par l’incertitude et les mises en garde, et malheureusement une histoire pas très excitante: une histoire que les médias et la presse populaire sont peu susceptibles d’envisager, même « les pires jours des infos », et d’autre part nous avons la perception du public, simplificatrice et très spectaculaire.

En théorie, on s’attend à ce que les forêts interceptent les précipitations et réduisent les inondations, en retenant une partie des précipitations pluviales et en contribuant au déficit d’humidité des sols. Ces effets sont plus importants lors de petits orages, lorsque le niveau d’humidité du sol (ou la rétention par déficit) permet de retenir de manière significative les eaux pluviales, que lors de grandes tempêtes, dans quel cas l’effet est relativement insignifiant.

Mais les tempêtes à une échelle spatiale suffisante pour saturer les grands bassins sont susceptibles d’être de plus grande magnitude et face à ces événements extrêmes, les réponses qui reposent sur un changement d’utilisation des sols devraient être moins prononcées.

Ainsi, l’évolution de la perception scientifique suggère que le rôle de la couverture forestière dans l’atténuation ou dans la gestion des crues est circonscrite. Le point le plus évident est peut-être que plus la gravité de l’inondation augmente, plus l’impact du changement d’utilisation des terres est marginal. Toutefois, cette perception évolue. Il reste à mieux comprendre l’interrelation entre les fonctions hydrologiques touchées par les changements d’usage des terres (les sédiments, l’accumulation de canaux fluviaux et les hauteurs des crues). En outre, en améliorant leur capacité à analyser les liens entre la couverture forestière et non forestière (comme les routes), les scientifiques devraient pouvoir clarifier les impacts associés aux activités économiques particulières et les alternatives pour en minimiser
les risques d’inondation associés.

Et voici quelques citations de van Dijk et al, dans Forest–flood Relation Still Tenuous:
Le renforcement des conséquences du déboisement par un pic d’inondation a été observé dans les études expérimentales à petite échelle. Ces dernières ont révélé que les pics de petite à moyenne échelle (c’est-à-dire les plus courants et les moins dommageables) ont plus d’impact que les plus grands événements, qui n’affectent pas sensiblement l’effet de déboisement (par exemple Hewlett, 1982;. Bowling et al, 2000).
A ce jour, les études de bassins plus grands n’ont généralement pas trouvé de changement après la déforestation de 50% du bassin versant. Et là où les changements se produisent, ils n’ont pas été directement attribués à la déforestation (revu dans Bruijnzeel, 1990; Wilk et al 2001).
En résumé, notre compréhension de l’influence de la déforestation sur l’hydrologie est loin d’être complète, mais à ce jour, il n’y a pas de preuves empiriques convaincantes ou d’arguments théoriques selon lesquels l’enlèvement des arbres est susceptible d’exacerber les graves inondations dans les pays en développement (ou ailleurs).
Une forte corrélation statistique a effectivement été constatée entre la population et la fréquence des inondations, des totaux par pays … ainsi que par région …. A l’inverse, la corrélation entre le couvert forestier ou la perte de couverture et la fréquence des inondations semble absent. … Après avoir tenu compte de la corrélation avec la population, la couverture forestière ou la déforestation apparue pour expliquer moins de 1% du reste de 17 à 30% de la variation dans les statistiques des pays.
Les deux documents soulignent le degré d’incertitude autour de certaines de ces questions, et la nécessité de poursuivre les recherches. Mais le message est clair: supposer que le déboisement contribue de manière importante à l’échelle des inondations actuelles en Thaïlande est susceptible de donner lieu à des réponses politiques mal informées et inappropriées.

Article d’Andrew Walker, publié le 30 octobre sur New Mandala

Photo: Michael Cory/Flickr

Print Friendly

Tagged ,

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.