AlterAsia
English version

Economie

Thailande: le respect dû aux migrants birmans

3 octobre 2011 by Altermondes in Droit du travail, Economie

Les travailleurs birmans sont de plus en plus nombreux à venir alimenter les usines thaïlandaises. Les autorités se soucient rarement des droits de cette main d’oeuvre bon marché. Fondateur et directeur de la FED-GHRE, Htoo Chit milite pour la dignité des travailleurs birmans et de leur famille.

Quelle est la situation des travailleurs birmans en Thaïlande?
Htoo Chit: Plus de 4 millions de Birmans travaillent aujourd’hui en Thaïlande. Ils sont victimes de multiples violations de leurs droits au regard des droits de l’Homme et du droit international. Ces populations vivent dans une extrême pauvreté et sont généralement délaissées par les autorités régionales thaïlandaises. La FED-GHRE cherche donc prioritairement à leur donner accès à l’éducation et à la santé mais aussi à les sensibiliser au droit du travail pour que ces migrants soient respectés mais surtout valorisés.

Quel regard les Thaïlandais portent-ils sur cette situation?
H.C.:
La plupart des Thaïlandais ne sont pas au fait de la situation sanitaire et sociale que vivent les migrants birmans. Pour des raisons culturelles mais aussi linguistiques, il y a peu d’échanges entre les deux communautés. C’est pourquoi nous agissons aussi pour sensibiliser la société thaïlandaise. Nous diffusons des messages sur les radios communautaires, nous organisons des réunions avec les communautés thaïs et nous écrivons des articles dans les journaux, en anglais, en thaï et en birman.

Concrètement, comment agissez-vous dans le domaine de l’éducation et de la santé ?
H.C.:
Nous développons de nombreux programmes d’accès à l’éducation et de sensibilisation à la santé. Aujourd’hui, plus de 700 enfants étudient dans des écoles que nous avons montées au sein des communautés. Nous construisons et assurons aussi le fonctionnement de centres de santé primaire dans lesquels les communautés birmanes sont sensibilisées à l’hygiène mais aussi aux maladies comme le sida ou la malaria. Des médecins bénévoles thaïlandais viennent parfois y faire de l’éducation à la santé. Parlant rarement le thaï, les migrants ne sont pas pris en charge dans les hôpitaux. Quand leur état de santé le nécessite, nous faisons donc les démarches pour eux.

La FED-GHRE a fait des droits du travail son cheval de bataille. Comment cela se traduit-il ?
H.C.:
Dans un premier temps, nous sensibilisons les migrants sur leurs droits. Nous n’agissons jamais auprès des entreprises. Par contre, nous invitons les travailleurs birmans à venir nous raconter ce dont ils sont victimes. Nous rédigeons alors des rapports sur les conditions de travail, les horaires, les salaires, le degré de liberté d’expression dans l’entreprise… Rapports que nous transmettons au Conseil national des droits de l’Homme thaïlandais pour qu’il entreprenne les démarches nécessaires pour faire respecter les droits des travailleurs birmans.

Quelle est la position du gouvernement thaïlandais vis-à-vis des travailleurs migrants ? H.C.: Le gouvernement a aujourd’hui compris l’intérêt que représentent les migrants birmans pour l’économie thaïlandaise. La plupart des lois nationales reconnaissent cet apport. En revanche, leur application ou leur respect au niveau régional varient. Certains gouvernements régionaux ont compris l’intérêt des migrants birmans et appliquent les lois sans hésiter. D’autres ne le font que partiellement, en fonction de leurs intérêts personnels.

Propos recueillis par Camille Liewig
Photo: John Hulma/HRW
Contact: Foundation for Education and Development, Grassroots Human Rights Education and Development (FED-GHRE) PO Box 13, Takuapa, Phang Nga Province 82 110, Thaïlande www.ghre.org
Altermondes n°27, sept 2011.

Tagged ,

Partager cet article

Voir aussi

Soutenez-nous !
Loading...
AlterAsia sur votre mobile !
Rejoignez-nous!
Recherche
Newsletters

Recevez directement dans votre boite à lettre les newsletters d'AlterAsia !

Contribuez à la Une!

Découvrez le sommaire de la semaine prochaine et choisissez l'article que vous voulez traduire. Il apparaîtra directement en Une d'AlterAsia !